Maladie d’Alzheimer : comment l’alimentation peut vous protéger

Dernière mise à jour: juillet 2021
123_hersenen_scan_dokter_MS.jpg

news Une alimentation saine inspirée des grands principes du régime méditerranéen exerce un effet protecteur contre la maladie d’Alzheimer, et ceci en agissant à la source du problème.

Cette association entre l’alimentation et le risque de démence a déjà été évoqué. L’intérêt particulier des travaux conduits par cette équipe allemande (Deutsches Zentrum für Neurodegenerative Erkrankungen - Centre allemand des maladies neurodégénératives) porte sur le fait qu’ils ont non seulement évalué les effets sur les capacités cognitives (dont la mémoire), mais aussi visualisé ce qui se passait dans le cerveau.

Les signes « cachés » du risque d'Alzheimer

L’étude a concerné plusieurs centaines de seniors, dont une partie ne présentaient aucun trouble cognitif, alors que les autres étaient à risque plus élevé de maladie d’Alzheimer (antécédent familial, déclin cognitif subjectif ou déficit cognitif léger). Tous les participants ont répondu à un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires, avec une attention spécifique pour quelque 150 aliments ou types d’aliments. Trois examens ont été réalisés : l’imagerie médicale (résonance magnétique) pour observer le volume cérébral, l’analyse du liquide cérébrospinal (céphalorachidien) pour rechercher les biomarqueurs de la maladie d’Alzheimer (protéines bêta-amyloïde et tau), et des tests neuropsychologiques pour évaluer les capacités cognitives.

Sur le plan nutritionnel, la référence a renvoyé vers le régime méditerranéen, avec ses grands principes : abondance de fruits et de légumes, et notamment de légumineuses, consommation raisonnable de poisson et de produits laitiers, limitation de la viande (surtout la viande rouge ou transformée), apports d’acides gras mono-insaturés (dont l’huile d’olive) pour la matière grasse...

Un volume plus important de matière grise

Les résultats des tests et des examens mettent en évidence un bénéfice très net de cette alimentation saine. Ainsi, plus une personne y adhère, plus on observe un volume important de matière grise dans le lobe temporal médian, une zone du cerveau critique sur le plan cognitif. Elle intègre notamment l’hippocampe, qui joue un rôle central dans la mémoire. D’ailleurs, soulignent les chercheurs, le volume du lobe temporal médian explique les résultats aux tests de mémoire, meilleurs chez ceux qui appliquent les principes du régime méditerranéen.

Et autre point essentiel : ce régime influence favorablement les concentrations de protéines bêta-amyloïdes et tau. Or, le processus d’agrégation de ces substances dans le cerveau est le signe physiologique le plus caractéristique de la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs indiquent : « Nos données corroborent la perception du régime méditerranéen comme un facteur protecteur contre le déclin de la mémoire et contre l’atrophie du lobe temporal médian. Nos résultats suggèrent que cette association peut s’expliquer par une protection contre les lésions amyloïdes et tau. Des études reposant sur des interventions diététiques doivent vérifier cette conjecture et ses implications thérapeutiques ».

Voir aussi l'article : Alzheimer : quel est le rôle du mauvais cholestérol ?

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram