Cancer de la prostate : mangez-vous comme il faut ?

Dernière mise à jour: février 2021
123m-prostaat-men-22-5.jpg

news L’alimentation saine jouerait un rôle clé dans la gestion du cancer de la prostate localisé. Elle pourrait aussi intervenir dans la prévention.

L’alimentation saine renvoie ici aux grands préceptes du régime méditerranéen, dont les bienfaits sur le plan cardiovasculaire et métabolique ont été maintes fois démontrés : abondance de fruits et de légumes, de légumineuses et de céréales complètes, consommation modérée de poisson et de produits laitiers, limitation de la viande (en particulier la viande rouge et les produits transformés), utilisation de matières grasses saines (singulièrement l’huile d’olive)…

Chaque adaptation est bénéfique

Une équipe américaine (université du Texas) a évalué son intérêt dans la prise en charge du cancer de la prostate localisé sous surveillance active, c’est-à-dire à un stade où aucun traitement (chimiothérapie, radiothérapie, chirurgie..) n’a encore été mis en œuvre. Le suivi repose sur une surveillance étroite afin d’observer l’évolution du cancer, et de déterminer la nécessité d’intervenir plus énergiquement ou pas à un moment ou à un autre.

Une partie des patients intégrés dans ce suivi présentaient aussi un diabète, d’autres un excès de cholestérol (avec administration de statines). Leur degré d’adhésion au régime méditerranéen a été évalué à l’entame puis à intervalles périodiques, et des examens ont été réalisés tous les six mois. Le résultat montre que plus un patient adhère au régime méditerranéen, plus le risque d’évolution défavorable de la maladie est limité. Et on observe que chaque progression dans cette adhésion (davantage de légumes ou moins de viande, par exemple) s’accompagne d’un bénéfice. Ce bienfait concerne l’ensemble des patients, en l’absence ou en présence d’un diabète ou d’une hypercholestérolémie.

Les chercheurs expliquent : « Le régime méditerranéen est associé à un risque plus faible de progression du cancer de la prostate chez les patients sous surveillance active, ce qui confirme les données d’études précédentes sur sa capacité à réduire la morbidité et la mortalité par cancer ». Ces recherches-ci ne se sont pas spécifiquement penchées sur la prévention du cancer de la prostate, encore que les auteurs rappellent que le régime méditerranéen présente des propriétés anti-inflammatoires, anti-lipidémiques et chimiopréventives, avec alors une baisse du risque de développer une série de maladies sévères, dont le cancer.

Voir aussi l'article : Cancer de la prostate : vous prendrez bien un expresso ?

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram