Bêta-bloquants : indications, contre-indications et effets secondaires?

dossier

Les bêta-bloquants sont des médicaments qui réduisent la charge de travail imposée au cœur. Les médecins les prescrivent généralement aux personnes souffrant de maladies cardiovasculaires. Ils sont également indiqués en cas de migraine ou d’hyperthyroïdie.

Voir aussi l'article : Médicaments : les différents types d'analgésiques et leurs effets

Quels sont les bêta-bloquants ?

Il existe deux types de bêta-bloquants : les sélectifs et les non-sélectifs. 

  • Les bêta-bloquants sélectifs, comme l’acébutolol, l’aténolol, le bétaxolol, le bisoprolol et le métoprolol, agissent avant tout sur le cœur et les vaisseaux sanguins.
  • Les bêta-bloquants non-sélectifs exercent également une influence sur d’autres organes, comme le cerveau et les muscles. Dans cette catégorie, on trouve notamment le labétalol, le pindolol, le propranolol, le sotalol et le timolol. 

Voir aussi l'article : AINS : comment utiliser les anti-inflammatoires et quels sont leurs effets secondaires ?

Quels sont les effets des bêta-bloquants sur le corps ?

Getty_betablokker_pil_medicatie_2023.jpg

© Getty Images

Les bêta-bloquants agissent sur les trois hormones du stress : l’adrénaline, la noradrénaline et le cortisol. Ces substances sont principalement sécrétées en cas de stress, d’émotions et d’effort. Les bêta-bloquants inhibent les récepteurs de ces hormones, les empêchant de remplir leur rôle. Cela permet de faire baisser la tension artérielle et le rythme cardiaque. Le cœur pompe moins de sang et le métabolisme ralentit. Le corps doit fournir moins d’énergie et peut donc se reposer. 

Voir aussi l'article : Action et effets secondaires des opiacés et des opioïdes

Indications : quand utiliser les bêta-bloquants ?

Les récepteurs bêta sont présents partout dans le corps. Ils peuvent donc intervenir pour soulager de nombreuses pathologies. Ils sont le plus fréquemment utilisés pour traiter les maladies cardiovasculaires, comme les troubles du rythme cardiaque (arythmie), l’angine de poitrine, l’infarctus, l’insuffisance cardiaque (surtout dans sa forme chronique), l’hypertension artérielle et l’hypertrophie cardiaque.

Les bêta-bloquants sont parfois utilisés pour traiter d’autres types d’affections, comme le tremblement essentiel (tremblements involontaires de parties du corps), le glaucome, la migraine ou une hyperactivité de la thyroïde (hyperthyroïdie).

Voir aussi l'article : Les différentes sortes de migraine

Quels sont les effets secondaires possibles ?

Les effets secondaires surviennent surtout en début de traitement aux bêta-bloquants.

Voir aussi l'article : Sueurs nocturnes : quelles causes et comment y remédier ?

Contre-indications : les bêta-bloquants sont-ils dangereux ?

Les bêta-bloquants sont contre-indiqués pour les personnes souffrant de certaines affections :

  • Dans le cas d'un certain type d'arythmie cardiaque, les bêta-bloquants peuvent aggraver la situation.
  • Chez les personnes souffrant d’un asthme modéré à sévère, l’utilisation de bêta-bloquants peut entraîner des troubles respiratoires ou des crises d’asthme.
  • Chez les personnes ayant un rythme cardiaque lent ou une pression artérielle basse, les bêta-bloquants peuvent aggraver la situation.
  • Les bêta-bloquants aggravent l’état des patients atteints de la maladie de Raynaud.
  • Les personnes sujettes à l'hypoglycémie peuvent ne pas ressentir les effets d’une baisse de leur glycémie si elles prennent des bêta-bloquants. Par conséquent, elles seront incapables de la stabiliser. Le taux de glycémie risque de continuer à chuter jusqu’à un point critique.

Voir aussi l'article : Hypoglycémie la nuit : symptômes, prévention et solutions

Les bêta-bloquants pendant la grossesse et l’allaitement

Les femmes enceintes devraient plutôt opter pour le labétalol ou le métoprolol, qui sont des médicaments pour lesquels on dispose de plus d’informations. Les bêta-bloquants n’entraînent pas de risque de malformations congénitales mais peuvent avoir un effet néfaste sur la croissance du fœtus.

Les femmes qui allaitent peuvent vraisemblablement utiliser le labétalol, le métoprolol et le propranolol en toute sécurité. En effet, ces médicaments ne passent dans le lait maternel qu'en petites quantités. En revanche, il vaut mieux éviter l’acébutolol, l’aténolol et le sotalol, qui passent en plus grandes quantités dans le lait maternel. Les données sur les effets des autres bêta-bloquants sont insuffisantes.


Voir aussi l'article : Grossesse : pourquoi faut-il faire attention à la thyroïde ?

Sources :
https://www.hartstichting.nl
https://my.clevelandclinic.org
https://www.mayoclinic.org
https://www.farmacotherapeutischkompas.nl

auteur : Sara Claessens - journaliste santé

Dernière mise à jour: décembre 2023
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram