Sensation de flou dans la tête : qu’est-ce que le brain fog ou brouillard cérébral ?

Dans cet article
Sensation de flou dans la tête : qu’est-ce que le brain fog ou brouillard cérébral ?

dossier

Le « brain fog », appelé brouillard cérébral en français, correspond à un état de lenteur mentale et de flou dans la tête. Il s’accompagne de problèmes de concentration et de mémoire. Le brouillard cérébral peut être le symptôme d’un problème de santé. Nous énumérons les causes possibles du « brain fog » et les solutions pour s’en débarrasser.

Quelles sont les causes possibles du brouillard cérébral ?

Getty_stress_hoofdpijn_moe_werk_2022.jpg

© Getty Images

Le manque de sommeil réparateur est une des principales causes du brouillard cérébral. La privation de sommeil peut considérablement affecter la capacité de nos cellules grises à communiquer entre elles. Cela engendre des troubles cognitifs et mentaux temporaires. Un déficit chronique de sommeil aggrave ce brouillard cérébral mais il représente également un risque de perte de mémoire et de troubles neurologiques comme la démence.

Le stress est un déclencheur important du « brain fog ». Le stress en lui-même n’est pas néfaste. Les hormones produites sous l’effet du stress nous permettent de rester en alerte et d’être performants. Notre corps est parfaitement en mesure de supporter de brefs moments de stress. Toutefois, si celui-ci persiste, notre cerveau continue à se concentrer sur la gestion des facteurs qui en sont à l’origine. Cette hyperactivité se fait au détriment d’autres fonctions cognitives. Nous avons alors l’impression de ne plus être capables de réfléchir avec lucidité.

Indépendamment du manque de sommeil et du stress, d’autres facteurs peuvent nous brouiller l’esprit :

  • Les drogues et/ou l’alcool. Avec l’âge, le foie digère de plus en plus difficilement ces substances.
  • Les perturbations hormonales, comme la (péri)ménopause ou la grossesse.
  • Les problèmes hormonaux comme les anomalies de la thyroïde.
  • Les affections chroniques affectant le système nerveux comme la sclérose en plaques.
  • Des carences en nutriment, par exemple en vitamine B12.
  • Des infections virales comme le COVID-19, le SARS et le H1N11.
  • La chimiothérapie. Les patients ayant subi une chimio peuvent souffrir pendant des années d’une forme grave de brouillard cérébral. Le stress aggrave le phénomène.
  • Une intolérance au gluten. Le « brain fog » en est un des symptômes, probablement parce que le gluten s’attaque aux tissus nerveux.
  • Un régime pauvre en glucides peut déclencher un brouillard cérébral. Une carence en glucides a un impact négatif sur le taux de glucose, le carburant du cerveau. Cela entraîne des problèmes mentaux et des troubles de la mémoire. La déshydratation peut avoir le même effet.  

Voir aussi l'article : Glucides : lesquels sont sains et lesquels font grossir ?

Que faire contre le brain fog ?

  • Adressez-vous à votre médecin. Si vous pensez que ce brouillard cérébral est lié à la ménopause, à une dépression, à un problème thyroïdien, à une intolérance au gluten, à une carence en nutriments ou à tout autre problème médical, votre médecin traitant est votre premier interlocuteur. 
  • Restez socialement actif. Participer à des activités sociales peut améliorer votre humeur, votre mémoire et vos facultés cognitives.
  • Faites régulièrement de l’exercice. L’activité physique a un impact positif sur la santé mentale.
  • Nourrissez-vous sainement. Un régime sain, comme le régime méditerranéen, est bon pour la mémoire, les facultés cognitives et la santé cérébrale. Buvez suffisamment d’eau (au moins quatre verres par jour), pour ne pas déshydrater votre cerveau.
  • Évitez l’alcool et les drogues. Ces substances peuvent altérer vos sens et votre cerveau.
  • Dormez suffisamment. Le sommeil permet à votre corps d’éliminer les toxines qui peuvent provoquer un brouillard cérébral. Essayez d’adopter un rythme de sommeil fixe de sept à neuf heures chaque nuit. Évitez les appareils électroniques avant de vous coucher.
  • Entreprenez de nouvelles activités. Cherchez des activités qui vous stimulent et changez vos habitudes. Par exemple, empruntez un autre itinéraire pour vous rendre au travail, appréhendez une tâche habituelle différemment ou écoutez un autre style de musique. Cela peut stimuler la production de noradrénaline, une substance chimique qui stimule l’activité cérébrale.
  • Délivrez-vous du stress. Vous avez le choix : une promenade dans la nature, du yoga, de la méditation…
  • Essayez un complément d’herbes ou de minéraux. Le ginkgo biloba semble améliorer les fonctions cognitives en permettant au sang de mieux irriguer le cerveau. Le magnésium aurait aussi un effet positif, car il diminue le stress et améliore la qualité du sommeil.

Voir aussi l'article : Stress : on sait enfin pourquoi une sortie dans la nature est bonne pour le moral

Sources :
https://plusmagazine.knack.be
https://www.health.harvard.edu
https://www.verywellmind.com

auteur : Sara Claessens - journaliste santé

Dernière mise à jour: novembre 2023
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram