Épilation du maillot : attention aux risques d’infections urinaires

Getty_blaaskanker_blaas_urine_vagina_2023.jpg

news Beaucoup de femmes pensent que leurs poils pubiens ne sont pas hygiéniques. Or, une nouvelle étude suggère tout le contraire. Les poils du maillot protégeraient les femmes contre les infections urinaires récurrentes. Une épilation extrême des parties génitales (épilation intégrale) exposerait davantage aux infections.

Voir aussi l'article : Cystite : causes, symptômes et traitements

Vous souffrez souvent de cystites ? L’épilation extrême, voire intégrale, des parties génitales pourrait expliquer votre problème. Une découverte non négligeable à l’heure où la résistance aux antibiotiques complique de plus en plus la prise en charge des infections urinaires.

Voir aussi l'article : La chair de poule fait-elle pousser les cheveux ?

Des poils pubiens contre les infections urinaires ?

Une étude menée par des chercheurs de l'Université Jagellon en Pologne s’est penchée sur les habitudes d’épilation de 2409 femmes (entre 18 et 45 ans) et la survenue d'infections urinaires au cours de l’année écoulée. Il est apparu que les femmes qui s’épilaient ou se rasaient au moins une fois par semaine couraient un risque plus élevé de développer des infections urinaires récurrentes : au moins 3 cystites par an. Par contre, les chiffres n’étaient pas significatifs en ce qui concerne les infections urinaires isolées. 

Voir aussi l'article : Rasage et épilation : les poils repoussent-ils plus vite ?

Des bactéries protectrices dans les poils pubiens

Pour expliquer les résultats de leur étude, les scientifiques avancent l'hypothèse que les poils pubiens abritent une communauté microbienne protectrice pour la santé urogénitale. Chez la femme, différentes espèces de Lactobacillus sont présentes dans les poils pubiens. Ces bactéries pourraient conférer une « protection antimicrobienne » en empêchant la colonisation par d'autres micro-organismes. En effet, les Lactobacillus ont un fort effet inhibiteur sur les bactéries Escherichia coli, l'agent causal le plus courant des infections urinaires.

Des études précédemment effectuées sur des hommes barbus ou non en milieu hospitalier ont déjà démontré l’effet protecteur des poils. En 2014, des recherches ont révélé que la peau des hommes rasés était 10 % plus susceptible d’héberger des colonies de staphylocoques dorés et 3 fois plus à risque d’être colonisée par des souches résistantes à la méthicilline (antibiotique). Une étude plus récente a mis en avant le fait que les hommes barbus possédaient sur le visage des bactéries capables d’inhiber la croissance d' Escherichia coli et de staphylocoques dorés. 

Voir aussi l'article : Les bactéries de la peau, nos alliées pour vieillir beau ?

L’épilation extrême affecte le microbiome urogénital

Une épilation excessive des poils pubiens pourrait donc engendrer un déséquilibre du microbiote urogénital. Les bactéries protectrices ne seraient plus en mesure de combattre la prolifération des bactéries pathogènes. Ces dernières auraient donc la voie libre pour remonter dans les voies urinaires. Cette constatation a d’ores et déjà été faite pour le microbiote vaginal. Une épilation intégrale peut en effet influencer la population microbienne du vagin et favoriser l’apparition de mycoses (prolifération de candida albicans), de vaginoses, de démangeaisons ou encore d’irritations. Il semble donc plausible qu’une épilation extrême des poils pubiens puisse affecter négativement la colonisation du microbiome urogénital dans son ensemble. 

Voir aussi l'article : Infections vaginales : causes, symptômes, traitements

Sources

https://www.nature.com
https://www.lespecialiste.be
https://www.journalofhospitalinfection.com
https://journals.lww.com
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
https://www.ncbi.nlm.nih.gov



Dernière mise à jour: janvier 2024
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram