Hernie discale : symptômes et traitements de la douleur

dossier Entre chaque vertèbre se trouve un disque qui empêche les vertèbres de s’entrechoquer. Lorsque l’un de ces disques intervertébraux est endommagé, il peut se rompre et expulser son noyau gélatineux contre les racines nerveuses de la moelle épinière. Cette compression peut provoquer d’importants maux de dos, c’est la hernie discale. Quels sont les symptômes d’une hernie discale ? Quels sont les traitements pour la soulager ?

Voir aussi l'article : 10 choses à savoir sur le mal de dos

Qu’est-ce qu’une hernie discale ?

123-anatom-hernia-wervel-08-17.jpg

Le noyau gelatineux s'échappe du disque et vient comprimer le racine nerveuse de la moelle épinière.

Les disques intervertébraux de notre colonne assurent sa souplesse et la protègent contre les chocs. Ces disques sont composés d’une enveloppe fibreuse qui entoure un noyau pulpeux, une substance gélatineuse très riche en eau. Quand un disque est endommagé ou fissuré, ce noyau gélatineux s’échappe et vient comprimer les racines nerveuses de la moelle épinière. Les symptômes douloureux de la hernie discale se manifestent alors. 

Plus de 90% des hernies surviennent dans le bas du dos, entre la 4e et la 5e lombaire (L4-L5) et entre la 5e lombaire et le sacrum (L5-S1). C’est à cet endroit que la pression de la colonne vertébrale est la plus forte. Au niveau des autres vertèbres lombaires, une hernie discale ne se produit que rarement, voire jamais. Les disques intervertébraux du cou et, plus rarement, du haut du dos, peuvent également subir des lésions.

Les hernies discales touchent rarement les jeunes. Elles deviennent plus fréquentes à partir de 30 ans, avec un pic entre 45 à 64 ans.

Voir aussi l'article : Nerf coincé : causes, symptômes et traitement

Les symptômes de la sciatique se caractérisent par des douleurs lombaires qui irradient dans les jambes. Elles sont (généralement) provoquées par une hernie discale située dans les vertèbres lombaires inférieures. La hernie discale est donc la principale cause de sciatique. En jargon médical, cette pathologie est appelée syndrome radiculaire lombaire.

La sténose du canal lombaire est une autre cause, plus rare, de sciatique ou syndrome radiculaire lombaire (non discale). Il s’agit d’un rétrécissement du canal lombaire.

Voir aussi l'article : Sciatique : un mal de dos (névralgie) qui s’étend aux fessiers et à la jambe

Symptômes de la hernie discale

Beaucoup de personnes souffrent d’une hernie discale sans jamais ressentir de douleurs. En effet, les symptômes n’apparaissent que lorsque le disque intervertébral comprime une racine nerveuse et provoque une inflammation. 

Les symptômes de la hernie discale peuvent évoluer lentement, durant plusieurs semaines, ou apparaître subitement.  

  • des maux de dos : douleurs plus ou moins sévères
  • une douleur aiguë qui irradie jusque dans la jambe, parfois accompagné de picotements et/ou d’engourdissements et/ou d’insensibilité; dans le cas d’une hernie discale cervicale (dans la nuque), les symptômes irradient dans le bras
  • une faiblesse musculaire et même des signes de paralysie de la jambe et du pied ou du bras
  • parfois, des problèmes de miction

La localisation de la douleur dépend de la vertèbre atteinte :

  • L4 : avant et côté de la cuisse et du genou, avant et côté interne du bas de la jambe, intérieur du pied et du gros orteil
  • L5 : arrière et côté de la hanche, extérieur du genou et du tibia, cou de pied et voûte plantaire et les 4 orteils
  • S1 : fessier, muscles ischio-jambiers, arrière et côté du bas de la jambe, petit orteil, bordure du pied.

Les symptômes s'aggravent en cas de position assise ou debout prolongée, de soulèvement de charge, de flexion vers l'avant, de toux ou d'éternuement. En revanche, la douleur diminue en position allongée, sur le dos, genoux fléchis. Le symptôme de Lasègue est typique de la hernie discale : la douleur apparaît lorsque l'on soulève les jambes tendues l'une après l'autre en position couchée. 

Mieux vaut consulter un médecin quand :

  • Vous remarquez une perte subite de force (vous ne parvenez plus à marcher sur les talons ou la pointe des orteils).
  • Vous ressentez un engourdissement dans l’aine et autour de l’anus.
  • Vous ne parvenez plus à uriner ou à maîtriser vos mictions.


Voir aussi l'article : Spondylolisthésis : causes, symptômes et traitement

Causes des hernies discales

123m-rug-rugpijn-13-11-19.jpg
Les causes exactes de la hernie discale ne sont pas parfaitement connues.
  • Des modifications de la structure du disque, au fil des années, constituent probablement un facteur de risque. A partir de 25 ans, le noyau gélatineux commence à perdre de son élasticité, de même que l’enveloppe fibreuse qui la contient. Celle-ci peut se fissurer, et laisser échapper le noyau du disque.
  • La position (positions assises prolongées, longs trajets en voiture...), un manque d’exercice physique et un gainage musculaire insuffisant du ventre et du dos, à l’origine d’une lordose lombaire, peuvent jouer un rôle.
  • Les travaux lourds, qui obligent à se pencher et à soulever des charges, peuvent provoquer des maux de dos mais ils n’augmentent probablement pas le risque de hernie discale.
  • Les hernies discales sont aussi fréquentes chez les personnes exerçant un métier léger que chez ceux qui ont un travail plus dur. Toutefois, un mouvement brusque ou un effort violent peuvent déclencher des douleurs aiguës.
  • Les hernies (et les maux de dos en général) sont plus fréquents au sein de certaines familles. Il pourrait donc y avoir une prédisposition génétique à la hernie discale. 
  • Enfin, on relève plus de cas chez les fumeurs et ceux-ci se rétablissent moins rapidement.

Voir aussi l'article : Mal de dos : que faire en cas de dos trop cambré ? (hyperlordose)

Examens

Associée à la nature des troubles, la description des symptômes et la localisation de la douleur permettent souvent de déterminer à quel niveau se situe la hernie discale dans la colonne vertébrale.

L’imagerie médicale (une radiographie ou un scanner) n’est pas nécessaire car il n’y a pas toujours de lien entre les symptômes et les anomalies révélées par les clichés. Certains patients présentent des symptômes sévères alors que l’imagerie ne montre aucun problème et d’autres ne ressentent rien malgré la présence de lésions. Il n’y a donc pas nécessairement un lien entre les symptômes et le verdict de la radio ou du scanner. On ne procédera donc à ce type d’examen que si on soupçonne que la douleur a une autre origine, par exemple l’ostéoporose, ou qu’on envisage une opération. Dans ce cas, on préférera une IRM car elle permet de visualiser la hernie discale et la compression de la racine nerveuse.

Voir aussi l'article : Ostéoporose : symptômes, causes et traitements

Traitement de la hernie discale et de la douleur

Les symptômes de la hernie discale disparaissent habituellement d’eux-mêmes au bout de quelques semaines sans traitements. Vous pouvez favoriser la guérison et soulager la douleur en adoptant certaines précautions.
  1. Repos au lit : l’alitement strict n’est pas conseillé. Si la position couchée atténue les symptômes, vous pouvez rester quelques jours au lit mais cela accélérera pas la guérison. Essayez au moins de changer régulièrement de position et de marcher. Adoptez la posture la moins douloureuse si vous vous allongez. Par exemple, couchez-vous sur le dos et glissez quelques coussins sous vos genoux. Ou allongez-vous sur le côté, les jambes légèrement repliées vers vous. Quand vous changez de position, veillez à ce que tout votre corps pivote en même temps. Pour sortir de votre lit, allongez-vous sur le flanc, basculez vos jambes au pied du lit et appuyez-vous sur vos deux bras pour vous relever. Pour vous coucher, effectuez le même mouvement dans le sens inverse.
  2. Exercice physique : il est préférable de rester en mouvement et de continuer à vous acquitter de vos tâches habituelles tout en évitant les mouvements qui surchargent le dos ou accentuent la douleur.
  3. Antidouleurs : les antidouleurs peuvent vous aider à vous mouvoir normalement et à poursuivre vos tâches habituelles. Le paracétamol doit être utilisé en première intention. Ne passez aux anti-inflammatoires non-stéroïdiens comme l’ibuprofène, éventuellement en combinaison avec de la codéine, que si le paracétamol de fait pas assez effet. Discutez-en avec votre médecin. L’utilité d’une infiltration de corticostéroïdes dans le dos (infiltration lombaire) en cas de hernie discale n’est pas prouvée. Si vous avez du mal à dormir, le médecin peut vous prescrire un somnifère pendant quelques jours. Les décontractants musculaires ne sont d’aucune utilité.
  4. Thérapie par l’exercice : dès que les symptômes s’atténuent, une thérapie par l’exercice adaptée, sous la direction d’un kinésithérapeute, est recommandée. L’objectif est de conserver leur souplesse aux muscles du dos, des cuisses et aux abdominaux et éventuellement de les renforcer.
L’utilité des tractions et des manipulations (« craquer ») n’est pas solidement étayée en cas de hernie discale. Il n’est généralement pas nécessaire d’opérer. Si la douleur est intense et ne s’atténue pas au bout de 6 à 8 semaines, on peut toutefois envisager une intervention chirurgicale. C’est même nécessaire en cas de symptômes de paralysie des jambes ou de perte de contrôle de la vessie. Pareille opération requiert l’intervention d’un spécialiste, généralement un neurochirurgien.

Voir aussi l'article : Mal de dos : quels médicaments contre la douleur ?

Le syndrome de la queue de cheval

Le syndrome de la queue de cheval (cauda-equina) est une complication rare mais grave de la hernie discale. Il touche le faisceau des nerfs situés dans la moelle épinière sous la première vertèbre lombaire. Ces racines nerveuses forment un éventail comparable à la queue d’un cheval. Suite à une hernie discale, ainsi qu’à certaines formes de cancer, à un abcès ou à un accident, ces nerfs peuvent être comprimés, ce qui déclenche de violentes douleurs dans le dos et les jambes ainsi que des symptômes de paralysie dans les jambes et/ou le pied. Ce syndrome peut aussi induire des problèmes de vessie (difficultés à uriner ou à contenir l’urine) et des intestins (constipation, diarrhée) ainsi que des problèmes d’érection. Pour prévenir toute lésion définitive des racines nerveuses et une paralysie potentiellement durable, il faut procéder de toute urgence à une opération, de préférence dans les 48 heures suivant l’apparition des symptômes.

Voir aussi l'article : Mal de dos : à qui les exercices physiques font-ils le plus de bien ?

Sources :
https://www.uzleuven.be/nl/discus-hernia" target="_blank">https://www.uzleuven.be
https://www.uza.be/behandeling/lumbale-discus-hernia" target="_blank">https://www.uza.be



Dernière mise à jour: juin 2023
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram