Faire chambre à part : bon ou mauvais pour le couple ?

Dernière mise à jour: décembre 2021
123m-man-vr-koppel-11-12.jpg

livre / interview

Ne plus dormir avec son conjoint en espérant ainsi préserver sa qualité de sommeil ou raviver la flamme, est-ce une bonne idée ? Nous avons posé la question à Vanessa Muyldermans, thérapeute relationnelle et sexologue (*).

Quels sont les avantages à dormir ensemble ?

« Au cours d'une nuit, en moyenne, nous dormons environ la moitié du temps en sommeil léger, 20% en sommeil profond et 25% en sommeil paradoxal. Les partenaires qui dorment ensemble passent davantage de temps en sommeil paradoxal, qui est moins souvent interrompu. C'est une bonne chose, car le sommeil paradoxal, qui se caractérise par de nombreux rêves, permet à l’inconscient de gérer les expériences émotionnelles de la journée. En outre, le fait de s'allonger à côté de sa ou son partenaire procure un sentiment de sécurité, ce qui réduit la production de cortisol, l'hormone du stress. Dormir ensemble libère également une autre substance : l'ocytocine, l'hormone de l'amour, qui permet de bien dormir en ne ressentant pas de peur. Ainsi, en étant à côté de votre partenaire, vous dormirez mieux et vous vous réveillerez également plus reposé. »

Voir aussi l'article : Couple et sexualité : pourquoi cette baisse du désir ?

Quels sont les bénéfices à dormir séparément ?

« Bien que la plupart des couples aient beaucoup de choses en commun, cela ne s'applique pas forcément à leurs habitudes de sommeil. L'un peut être un oiseau de nuit, l'autre un lève-tôt. L'un peut aimer qu'il fasse bon et chaud dans la chambre, pour l'autre la fenêtre doit être ouverte hiver comme été. Ces différences peuvent mettre en péril non seulement votre sommeil, mais aussi votre relation. Comme les deux partenaires ne dorment pas bien, de nombreuses tensions et conflits apparaissent, ce qui peut même déboucher sur la fin de la relation.

Par ailleurs, certains couples voient le fait de ne pas dormir ensemble comme une sorte d'aphrodisiaque. Etre séparé de sa ou son partenaire à certains moments peut provoquer l'envie, le désir d'être (ré)excité à d'autres moments. »

Voir aussi l'article : Se lever la nuit pour uriner : un vrai cauchemar

Trouver d’autres alternatives

« Dans mon cabinet, de plus en plus de personnes me disent qu'elles dorment séparément. Mais pour être honnête, je ne vois pas la plupart d'entre elles être plus heureuses pour autant. Du moins sur le plan relationnel. Quand je leur demande ce qui leur manque, elles ne parlent pas de sexe, mais de connexion. Le soir, dans leur lit, les couples parlent de leur journée, le matin, ils s’embrassent pour se dire bonjour... Dans ces moments-là, les partenaires sont très proches l'un de l'autre, au sens propre comme au sens figuré. Le fait de ne pas pouvoir vivre ces moments les déconnecte.

Mieux vaut donc essayer de réfléchir à des alternatives permettant de respecter le sommeil de chacun sans perdre le lien. Il peut être utile d’investir dans un lit plus grand, avec deux matelas collés côte à côte et avec chacun sa couette. Il est également conseillé d'aérer la chambre pendant la journée pour laisser entrer suffisamment d'air frais. Et c'est un classique, mais il ne faut pas se priver de porter des bouchons d'oreille pour se préserver des ronflements. Mais si l'un des partenaires a un problème de sommeil qui pèse fortement sur les deux, il peut être conseillé d'essayer d'éviter cette perturbation, par exemple en allant dans sa propre chambre certains jours. D'autres jours, par exemple le week-end, les partenaires peuvent dormir ensemble. Je recommande également de maintenir un rituel de rapprochement, par exemple boire une tasse de thé ensemble avant d'aller se coucher et passer la journée ensemble. Maintenir cette connexion, peu importe comment ou quand, est la clé, à mon avis. »

Voir aussi l'article : Stress, sommeil, anxiété : les bienfaits de la couverture lestée

(*) Diplômée d’un master en sexologie, Vanessa Muyldermans est membre de l'Association flamande de sexologie.

auteur : Sofie Van Rossom - journaliste santé
Le don de temps sauve des vies ! Le don de temps sauve des vies !
Pfizer Clinical Research Unit

Participez à une étude clinique et bénéficiez d’une compensation financière moyenne de 215 euros par jour.

Cliquez ici pour plus d’infos !
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram