Fruits et légumes : comment les fibres nourrissent le cerveau

Dernière mise à jour: février 2021
123-fruit-appel-3-14.jpg

news La consommation de fibres alimentaires, en particulier par le biais des fruits et des légumes, agit sur le bon équilibre du microbiote intestinal (flore intestinale), avec une influence sur le cerveau, et en particulier sur l’humeur et le risque de dépression.

Cet axe intestin - cerveau constitue l’un des domaines les plus explorés et les plus passionnants de la recherche médicale. De plus en plus d’éléments s’accumulent pour démontrer que le microbiote intestinal exerce un effet à distance et en cascade sur une série de fonctions de l’organisme, et en particulier le cerveau. Or, on sait de longue date que les fibres alimentaires agissent de manière très bénéfique sur la composition de la flore intestinale, en termes de densité et de diversité des « bonnes » bactéries qui la composent.

Vous êtes ce que vous mangez

Une équipe sud-coréenne (université Chung-Ang) a analysé des données concernant quelque 6000 femmes d’âges divers. Les chercheurs ont estimé leur consommation habituelle de fibres alimentaires, fournies surtout par les fruits, les légumes, les légumineuses et les céréales complètes (grains entiers). Ces informations ont été croisées avec les cas de dépression.

Le résultat met en évidence une relation « significative » entre le risque dépressif et la quantité de fibres : plus on en mange, moins on s’expose à un trouble de l’humeur. Cette association est très notable avant la ménopause, mais nettement moins après, peut-être en raison de l’influence des hormones (baisse de la production d’œstrogènes) sur le microbiote intestinal.

L’un des auteurs explique : « Cette étude souligne le lien important entre l’ingestion de fibres et la dépression. Un point reste à éclaircir : la direction de cette association. Les personnes en meilleure santé mentale ont-elles une alimentation plus saine et consomment-elles plus de fibres, ou la consommation élevée de fibres améliore-t-elle la santé mentale en modulant le microbiote intestinal ? ». Les deux, probablement. En tout cas, « il n’a jamais aussi vrai que « vous êtes ce que vous mangez », et ce que nous mangeons induit un effet profond sur le microbiote intestinal, qui joue un rôle clé dans la santé… et la maladie ».

Voir aussi l'article : Fibres et grains entiers : votre assurance santé

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.