Vrai ou faux : que faut-il savoir sur la migraine ?

Dernière mise à jour: juillet 2021
123-vr-migraine-hoofdp-stress-06-19.png

news Beaucoup de malentendus et de mythes courent encore au sujet de la migraine. Hérédité, âge, chocolat, stress, effort physique... : voici 16 affirmations très fréquentes. Comment distinguer le vrai du faux ?

La migraine est caractérisée par des maux de tête généralement unilatéraux qui peuvent durer de 4 à 72 heures. La douleur varie en intensité et va souvent de pair avec des nausées et des vomissements, et une hypersensibilité au bruit ou à la lumière (photophobie et phonophobie).

La migraine peut être précédée d’une aura : des troubles visuels (comme des scintillements), des picotements ou des engourdissements des lèvres, du visage ou de la main, la faiblesse d’un côté ou des troubles d’élocution.

Dans les heures ou les jours qui précèdent la migraine, certaines personnes peuvent ressentir de l’hyper ou de l’hypoactivité, de l'abattement ou un pic d'énergie, un appétit ou un dégoût pour certains aliments ou une propension aux bâillements.

Après la crise, la plupart des personnes se sentent faibles, fatiguées et irritables et peuvent avoir du mal à se concentrer. Ces ressentis peuvent durer quelques heures à quelques jours.

Beaucoup de malentendus et de mythes courent encore au sujet de la migraine.

Tout le monde souffre parfois de migraine

Il est vrai que chacun peut connaître une crise de migraine, mais on n’utilise ce terme que quand c’est arrivé au moins cinq fois sans aura ou deux fois avec aura. Environ la moitié des migraineux ont deux crises par mois et un quart une fois par semaine.

La migraine n’est pas grave

La migraine chronique est une maladie potentiellement grave et très invalidante, qui peut frapper à tous les âges. Elle a un gros impact sur la vie sociale et professionnelle et force bien souvent ceux qui en sont atteints à rester au repos.

La migraine avec aura comporte en outre un risque accru d’AVC : 2 / 1000, contre 1 / 1000 chez les non-migraineux. Ce risque est encore accru chez les hypertendus, les fumeurs et les femmes qui utilisent une contraception hormonale.

Sans aura, pas de migraine

Environ un quart des migraineux seulement ressentent des auras dans l’heure précédant l’attaque.

La migraine est héréditaire

La migraine est probablement due à une combinaison de facteurs environnementaux et génétiques. Mais si on a découvert plusieurs mutations génétiques qui jouent chacune un petit rôle dans une sensibilité accrue à la migraine, la probabilité qu’elles soient héréditaires est très faible.

Il existe cependant une forme héréditaire rare de la migraine, la migraine hémiplégique familiale, associée à la faiblesse ou à une paralysie temporaire des muscles du visage, des bras ou des jambes.

Seules les femmes ont la migraine

C’est faux, même si on compte trois fois moins de migraineux chez les hommes (13%) que chez les femmes (33%). Une différence qui peut s’expliquer par le rôle des hormones féminines, surtout juste avant et pendant les règles (10% des femmes ont des crises migraineuses pendant les menstruations). Avant la puberté, la migraine touche autant les garçons que les filles.

La migraine ne concerne que les adultes

La migraine peut survenir à tout âge, en particulier dès 10 ou 11 ans. On estime entre 5 à 10% la proportion d’enfants touchés. Chez eux, la crise est généralement plus courte, le mal touche souvent les deux côtés de la tête et les nausées, les douleurs abdominales, la diarrhée et les étourdissements liés à la migraine sont plus forts.

Les ambitieux et les perfectionnistes sont plus à risque

On pensait jadis que la migraine était liée à certains traits de personnalité, mais cette théorie est à présent écartée : on sait qu’il s'agit d'un trouble neurologique et que certaines anomalies génétiques jouent également un rôle.

La migraine peut être causée par la dépression ou l’anxiété

Même si la dépression peut augmenter la fréquence des crises de migraine et leur gravité, elle n’en est pas la cause. A l’inverse, les migraineux ont plus souvent des dépressions, non parce que la migraine rend les gens sombres, mais parce que certains facteurs génétiques sont communs aux deux maux.

Le chocolat peut provoquer la migraine

De nombreux migraineux pensent que leurs crises sont déclenchées par certains aliments comme le chocolat, le vieux fromage ou le vin rouge, ou par certains composants alimentaires comme le glutamate de sodium, le sulfite ou l’aspartame. Ceci n’est pas prouvé, sauf pour le café et l’alcool.

L’impression que des aliments sont la cause de crises de migraine vient probablement du fait que dans les heures qui précèdent une crise, on est attiré par certains aliments, et que d'autres « dégoûtent ». Il est par contre certain que des (mauvaises) habitudes alimentaires peuvent jouer un rôle important dans les crises de migraine : manger trop peu (hypoglycémie) ou boire trop peu (déshydratation).

La migraine est aggravée par le stress

C’est faux. Mais l’inverse est vrai : la migraine déclenche le stress, qui agit comme un mécanisme de protection.

La migraine peut être provoquée par l’exercice physique

Une crise peut être déclenchée par un effort physique intense, comme le sprint ou le squash, et par une grande fatigue également. On sait aussi qu'un effort physique peut aggraver une crise. A l’inverse, l’exercice régulier peut prévenir les crises de migraine ou réduire leur sévérité.

La migraine est causée par l’insomnie

C’est vrai, mais dormir trop longtemps peut également provoquer une crise, tout comme changer ses habitudes de sommeil. Le mieux pour les migraineux est d’aller dormir et de se lever à heures régulières, même le week-end.

La migraine disparaît après la ménopause

Chez beaucoup de femmes, les symptômes de la migraine apparaissent ou s’aggravent dans les années autour de la ménopause. Ceci est probablement dû aux bouleversements hormonaux qu’elles connaissent à ce moment-là, mais aussi à la fatigue et aux troubles du sommeil propres à cette période. Après la ménopause, les migraines hormonales peuvent disparaître mais environ un quart des femmes continuent à en souffrir, parfois même de manière accrue. On n’en connaît pas la raison.

Bon nombre de femmes (environ 10%) souffrent de maux de tête durant la semaine sans pilule. Ceci s’explique par le changement du taux d’oestrogènes à cette période.

Il n’existe pas de traitement contre la migraine

Si on ne dispose pas de traitement pour guérir la migraine, il existe d'excellents médicaments pour prévenir les crises, en réduire le nombre ou diminuer la douleur chez la plupart des migraineux.

Les antidouleurs ne sont pas très efficaces

Les analgésiques de première ligne, comme le paracétamol, l'aspirine (acide acétylsalicylique) ou d'autres Ains (anti-inflammatoire non stéroïdiens), peuvent être très utiles, et s’ils ne fonctionnent pas, il faut envisager de recourir à des médicaments plus spécifiques (comme les triptans).

Voir aussi l'article : Vidéo - Migraine : pourquoi les femmes sont-elles plus touchées ?

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram