Comment préserver son microbiote lors d'une prise d’antibiotique ?

ad_PhotoDAA3.jpg

news

Les antibiotiques sont un moyen redoutable pour éradiquer les bactéries pathogènes responsables des maladies infectieuses. Tellement redoutables qu’ils s’attaquent aussi bien aux mauvaises qu’aux bonnes bactéries. Une antibiothérapie peut alors chambouler le complexe écosystème qui compose notre flore intestinale (microbiote). Aujourd’hui, le recours massif à cette catégorie de médicaments a induit une diminution de la diversité microbienne dans notre corps et l’apparition de bactéries résistantes aux traitements.

Que se passe-t-il dans notre corps lorsque nous prenons des antibiotiques ?
Quelles sont les conséquences d’un microbiote déséquilibré ? Comment récupérer après une antibiothérapie ?

Comment fonctionne l’antibiothérapie ?

Les antibiotiques attaquent la structure des bactéries pour ensuite les empoisonner et les empêcher de se reproduire. Malheureusement, ils ne font pas la distinction entre les bactéries dangereuses pour l'homme et celles qui lui sont bénéfiques

Notre système digestif abrite des milliards de bactéries qui constituent notre flore intestinale, aussi appelé le microbiote. Lorsque nous avalons un antibiotique, il suit le chemin de notre tube digestif. Arrivé dans l’intestin, il passe dans le sang pour être conduit jusqu’au foyer infectieux (les sinus, les oreilles, les poumons…). Sur son chemin, il aura détruit une partie non négligeable des bactéries qu’ils rencontrent.

L’antibiothérapie peut donc perturber l’équilibre de notre microbiote et l’appauvrir. 

Aujourd’hui, l’usage inapproprié d’antibiotiques est devenu un enjeu de santé publique. Leur mésusage augmente le risque que les bactéries deviennent résistantes aux traitements et perdent en efficacité. 

Le saviez-vous ? Ce ne sont pas les personnes qui prennent beaucoup d’antibiotiques qui deviennent résistantes. Ce sont les bactéries.

Explication : les bactéries se transmettent d’une personne à l’autre, de l’homme à l’animal ou encore via l’environnement. Un patient qui n’a jamais pris d’antibiotique peut donc souffrir d’une infection causée par une bactérie résistante. 

Quelles sont les conséquences d’un microbiote déséquilibré ?

Le microbiote intestinal joue un rôle primordial pour notre santé digestive, pour notre immunité et même pour notre santé mentale. En cas de flore perturbée (dysbiose), la perméabilité de la muqueuse n’est plus optimale. Les allergènes, les virus et les bactéries peuvent plus facilement passer dans le sang et affecter notre corps à bien des égards. De plus, certaines bactéries pathogènes résistantes aux antibiotiques peuvent proliférer et s’imposer.

Les symptômes les plus évidents d’un déséquilibre du microbiote intestinal sont les troubles digestifs (constipation, diarrhée, ballonnements, flatulences). 

Comment préserver son microbiote lors d'une prise d’antibiotique ?

Utiliser les antibiotiques de manière responsable
Votre pharmacien devra dorénavant fournir la quantité exacte indiquée sur la prescription d’antibiotiques de votre médecin. Cela s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la résistance antimicrobienne. De votre côté, respectez correctement la prescription de votre médecin et les conseils de votre pharmacien.

Prise de probiotiques : Les probiotiques sont les bonnes bactéries (bifidobactéries, lactobacilles, lactocoques…) et les levures (saccharomyces) qui vivent dans notre intestin et le défendent contre les attaques des mauvaises bactéries. Elles sont la clé d’un microbiote en bonne santé. Pendant et après la prise d'antibiotiques, il est possible de prévenir les effets secondaires des antibiotiques sur le système intestinal et de réduire le risque de diarrhées en prenant des probiotiques. Certaines levures probiotiques sont par exemple naturellement résistantes aux antibiotiques.

  • Levures probiotiques en pharmacie : ces micro-organismes disponibles en pharmacie permettent de compenser une altération du microbiote intestinal et, par exemple, de réduire le risque de diarrhée causée par les antibiotiques. 
  • Aliments fermentés : les probiotiques sont naturellement présents dans les aliments fermentés : sauce soja, levain, kombucha, kéfir, yaourt, choucroute, cornichon… Ajoutez-les au menu, surtout après une antibiothérapie. 



Des prébiotiques pour nourrir des probiotiques

Pour favoriser la bonne santé de nos bactéries probiotiques, il faut leur donner quelque chose de décent à se mettre sous la dent. Les prébiotiques contenus dans certains aliments constituent une nourriture indispensable aux bonnes bactéries. Les probiotiques se nourrissent en particulier des fibres présentes dans les fruits, les légumes, les céréales et les produits laitiers. Les aliments suivants sont particulièrement riches en prébiotiques : l’artichaut, la banane, la pomme, l’ail, le panais, le poireau, le topinambour, l’avoine, le blé complet… Certains aliments fermentés sont également une bonne source de prébiotiques (kéfir, yaourt).

Faites du sport 

Une fois que l’antibiothérapie aura fait son effet et que vous serez à nouveau sur pied, faites du sport. De récentes études ont montré que l’exercice physique pouvait influencer la bonne santé du microbiote, enrichir sa diversité et rééquilibrer une éventuelle dysbiose. En bougeant régulièrement, vous stimulez la prolifération de bactéries capables de moduler l'immunité des muqueuses. Dans le sens inverse, la bonne santé de votre flore intestinale influencerait vos performances et votre motivation à faire du sport. Un cercle vertueux à tester au plus vite !

Sources

https://www.inserm.fr/dossier/microbiote-intestinal-flore-intestinale/
https://www.worldgastroenterology.org/guidelines/probiotics-and-prebiotics/probiotics-and-prebiotics-french
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5357536/
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0376635722000675?via%3Dihub

ENTEROL® est un médicament probiotique à base de Saccharomyces boulardii CNCM I-745 indiqué dans la prévention des diarrhées associées à l’antibiothérapie. Ne pas utiliser plus de 2 jours sans avis médical. Ne pas utiliser durant la grossesse ou l’allaitement.

ENTEROL®  est contre-indiqué chez les patients immunodéficients. Demandez conseil à votre pharmacien ou médecin. Lisez attentivement la notice. Biocodex Benelux sa.

www.enterol.be

Source: Communiqué Biocodex

Dernière mise à jour: avril 2024
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram