Quand faut-il éviter de prendre de l’ibuprofène ?

dossier

Avec le paracétamol, l'ibuprofène est l’un des médicaments les plus consommés en automédication. Pourtant, il n’est pas sans risque. Saviez-vous qu’il faut éviter de prendre de l’ibuprofène en cas de varicelle, de pneumonie, d’angine, d’otite, de sinusite mais surtout si vous souffrez d’ulcère de l’estomac ou de maladies cardiaques ? Que faut-il savoir avant d'utiliser de l’ibuprofène ? Dans quel cas faut-il l’éviter ? Quels sont les risques ?

La prise de médicaments n’est jamais anodine et requiert de respecter scrupuleusement la posologie. Demandez conseil à votre médecin généraliste avant de consommer de l’ibuprofène. 

Voir aussi l'article : Médicaments : les différents types d'analgésiques et leurs effets

Qu’est-ce que l’ibuprofène ?

Getty_ibuprofen_nsaid_2023.jpg

L’ibuprofène est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). Il permet de soulager la fièvre (antipyrétique), la douleur (antalgique) et de lutter contre les inflammations (anti-inflammatoire). L’ibuprofène est une molécule vendue chez nous sous le nom de Nurofen, Spidifen, Brufen, Perdofemina.

Son usage est généralement recommandé pour soulager les douleurs inflammatoires : arthrose, entorse, tendinite, arthrite, douleurs menstruelles… Néanmoins, il est souvent consommé pour traiter la fièvre et la douleur en cas d’infections. Or, prendre de l'ibuprofène dans ce contexte est déconseillé par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé car il existe un risque de complications infectieuses.

L’ibuprofène et les AINS ne sont d’ailleurs pas exempts d’effets secondaires. Ils sont liés à un risque accru de troubles intestinaux et d’ulcères, d’insuffisances rénales, d’hypersensibilité à la substance, d’une hausse de la tension artérielle. À des doses élevées, l’ibuprofène est soupçonné d’augmenter légèrement le risque de problèmes cardiovasculaires (infarctus et AVC).

Voir aussi l'article : Antidouleurs : qu'est-ce que l’ibuprofène ?

L’ibuprofène et des AINS sont contre-indiqués dans de nombreux cas :

  1. si vous présentez certaines pathologies (cardiaques, intestinales, asthme…), 
  2. si vous prenez certains médicaments (aspirine, corticostéroïdes…), 
  3. si vous souffrez d’infections (angine, sinusite, otite, pneumonie, varicelle, zona…)

Voir aussi l'article : AINS : comment utiliser les anti-inflammatoires et quels sont leurs effets secondaires ?

1. Ibuprofène et problèmes de santé

Si vous souffrez des pathologies/conditions suivantes, vous ne devez pas prendre d’ibuprofène ou d’autres AINS sans demander l’avis d’un médecin.

  • Ulcères et saignements gastro-intestinaux : Si vous avez ou avez eu des ulcères d'estomac, des saignements gastro-intestinaux ou d'autres problèmes digestifs graves, l'ibuprofène peut aggraver ces conditions et ne doit être pris que sous surveillance médicale.

Voir aussi l'article : Gastrite ou inflammation de la muqueuse de l’estomac : causes, symptômes, traitement

  • Troubles de la coagulation : Si vous avez des troubles de la coagulation sanguine, comme de l'hémophilie, l'ibuprofène peut augmenter le risque de saignements excessifs et ne doit être utilisé qu'avec l'avis de votre médecin.

  • Maladies cardiaques : L'ibuprofène peut augmenter le risque de problèmes cardiaques, notamment chez les personnes présentant des antécédents de maladies cardiaques. Si vous avez des problèmes cardiaques, consultez votre médecin avant de prendre de l'ibuprofène.

  • Maladies rénales : Les AINS, y compris l'ibuprofène, peuvent être néfastes pour les reins. Si vous avez des problèmes rénaux, discutez avec un professionnel de la santé avant de prendre de l'ibuprofène.

  • Asthme: Les AINS peuvent provoquer une contraction des muscles lisses des voies respiratoires. Cette constriction des voies aériennes peut aggraver les symptômes de l'asthme, notamment l'essoufflement et la respiration sifflante.

  • Diabète : Selon une étude danoise, la prise d'anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) – même sur une courte durée - serait associée à une augmentation de risque d’insuffisance cardiaque chez les diabétiques de type 2.

  • Grossesse et allaitement : Si l’ibuprofène est déconseillé durant les premiers mois de la grossesse, il est proscrit à partir du sixième mois de grossesse. Il existe en effet un risque de toxicité fœtale. En ce qui concerne l’allaitement, aucun effet indésirable n’a été rapporté chez l’enfant.


Voir aussi l'article : Anti-inflammatoire : qu'est-ce que le diclofénac ?

2. Ibuprofène et interaction avec d’autres médicaments

Les AINS et l’ibuprofène peuvent interagir avec de nombreuses autres substances. Ne prenez pas d’ibuprofène en même temps que les médicaments suivants :

  • D’autres AINS : La prise simultanée d’ibuprofène avec d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens augmente le risque d'ulcères et d'hémorragies gastro-intestinales.
  • Aspirine (acide acétylsalicylique) : Risque accru d’ulcères et d’hémorragie digestive
  • Corticostéroïdes : Idem
  • Antiplaquettaires : Idem
  • Anticoagulants : Risque accru d’hémorragie digestive.
  • Certains antibiotiques

Consultez votre médecin si vous suivez un traitement afin d’évaluer les risques d’interactions avec l’ibuprofène.

Voir aussi l'article : Hémorragies digestives : les causes et les symptômes possibles

3. Ibuprofène et complications infectieuses

La fièvre et l’inflammation sont un signal que notre corps lutte contre une infection mais également un moyen de la combattre. En bloquant ces mécanismes naturels, non seulement l’ibuprofène peut masquer les symptômes d’une infection mais il peut également perturber le processus inflammatoire et le bon fonctionnement de notre système immunitaire. Résultat : l’infection peut s’aggraver ou ne pas être identifiée et prise en charge à temps.

Les centres régionaux de pharmacovigilance ont signalé des cas d'aggravation de symptômes et des risques de complications graves lors de viroses ou d’infections bactériennes (notamment des infections à pneumocoques ou streptocoques) traitées avec de l’ibuprofène ou du kétoprofène.

Voir aussi l'article : Streptocoques du groupe A (SGA) et du groupe B (SGB) : quelles sortes d’infections ?

Ibuprofène et varicelle/zona

Les infections au virus varicelle-zona ne peuvent pas être traitées avec de l’ibuprofène ou des AINS. Ces médicaments peuvent augmenter le risque de surinfection bactérienne grave et provoquer des complications infectieuses cutanées (abcès cutané, nécroses).

Ibuprofène et douleurs dentaires

En cas de maux de dents, l’ibuprofène est déconseillé sans l' avis d’un dentiste. Il pourrait cacher les signes d’une infection dentaire et provoquer des complications.

Voir aussi l'article : Rage de dent ou mal de dent : que faire ?

Ibuprofène et sinusite

N’utilisez pas d'ibuprofène ou d'AINS chez l’enfant en cas de symptômes de sinusite associés à de la fièvre et des maux de tête. L’ibuprofène augmente le risque de complications orbitaires et/ou intracrâniennes en cas de sinusite antérieure aiguë.

Ibuprofène et otite

L’utilisation d’ibuprofène dans un contexte infectieux d'otite nécessite un avis médical en raison du risque de survenue de complications infectieuses

Ibuprofène et angine

Sauf si votre médecin vous l’autorise, l’ibuprofène est contre-indiqué en cas d’angine.

Ibuprofène et infection pulmonaire

L’utilisation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que l’ibuprofène en cas de pneumonie (bactérienne) peut être associée à des risques de complications et un retard de prise en charge de la maladie. Les AINS sont susceptibles de modifier l’immunité locale au niveau des bronches et des bronchioles (notamment) et de camoufler les signes d’alerte (fièvre et douleur thoracique) des pneumopathies aiguës communautaires.

Plus largement, l’utilisation des AINS est déconseillée en cas de suspicion d’infection respiratoire basse mais aussi en cas de rhinopharyngite, de bronchite, de toux et de maux de gorge.

Voir aussi l'article : Mal de gorge : faut-il boire chaud ou froid ?

Ibuprofène et diarrhée ou vomissements

En cas de diarrhée ou de vomissements, il ne faut pas prendre d’anti-inflammatoires tels que l’ibuprofène. Un tel traitement risquerait d’aggraver les symptômes intestinaux. De plus, ce type de médicament est fortement déconseillé en cas de déshydratation, en particulier chez les enfants, car il peut entraîner des insuffisances rénales.

Voir aussi l'article : Types et causes de la diarrhée

Et si vous devez malgré tout utiliser de l’ibuprofène ?

Voici les recommandations en vigueur si vous devez prendre de l’ibuprofène : 

  • Privilégiez la dose minimale et respectez la posologie.
  • Sans avis médical, la durée du traitement doit être la plus courte possible (3 jours en cas de fièvre et 5 jours en cas de douleur).
  • En cas de fièvre ou de douleur d’intensité légère à modérée, le paracétamol doit être préféré en première intention. Surtout chez les enfants. En particulier en cas d’angine, de rhinopharyngite, d’otite, de toux, d’une infection pulmonaire, d’une infection dentaire, de la varicelle.
  • Restez bien hydraté durant le traitement et prenez les comprimés de préférence durant les repas.

Voir aussi l'article : Pastilles et sirops pour la toux : inutiles et dangereux

Sources
https://www.ncbi.nlm.nih.gov
https://esc365.escardio.org
https://www.ema.europa.eu
https://ansm.sante.fr
https://www.cbip.be
https://www.bmj.com
https://www.sciencedirect.com



Dernière mise à jour: octobre 2023
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram