Pastilles et sirops pour la toux : inutiles et dangereux

Dans cet article
Pastilles et sirops pour la toux : inutiles et dangereux

dossier

Vous souffrez d’une toux grasse ou d’une toux sèche ? Rien ne sert de vous précipiter en pharmacie pour acheter un antitussif. En effet, les pastilles à sucer et les sirops pour la toux sont inutiles, voire dangereux pour votre santé. Il en va de même pour les remèdes à base de plantes (sirop, gouttes, sprays).

Si votre médecin traitant vous prescrit malgré tout un antitussif, respectez scrupuleusement la posologie : dosage, fréquence et durée du traitement. Ce dernier doit être le plus court possible.

Voir aussi l'article : Quoi faire contre la toux sèche et contre la toux grasse ?

Antitussifs

123h-hoestsiroop-med-siroop-12-18.jpg

L’efficacité des antitussifs n’a pas été prouvée. Par contre, ils peuvent engendrer des effets indésirables comme des vertiges, de la somnolence et des problèmes respiratoires. En outre, ils peuvent camoufler des affections plus graves comme l’asthme et le reflux et retarder leur dépistage.

  • N’utilisez pas d’antitussifs en cas de toux productive (toux grasse : quand vous crachez des glaires). Il vaut mieux ne pas inhiber une toux productive, puisqu’elle élimine les glaires des voies respiratoires.
  • En Belgique, les antitussifs sont interdits aux enfants de moins de 2 ans.
  • Les antitussifs suivants ne peuvent pas être administrés aux enfants de moins de 6 ans : tous les produits à base de dextrométhorphane, pentoxyvérine, lévodropropizine, noscapine, clopérastine, pholcodine ou codéine (et dérivés) et guaifénésine.
  • Sauf avis médical, il est déconseillé d’administrer des antitussifs aux enfants de 6 à 12 ans.
  • Les personnes âgées ainsi que les personnes souffrant d’insuffisance hépatique ou rénale doivent faire preuve de prudence. Elles peuvent souffrir d’effets indésirables plus prononcés. Il vaut donc mieux qu’elles consultent leur médecin traitant avant de prendre des antitussifs.
  • Tous les antitussifs sont déconseillés pendant la grossesse et l’allaitement. Consultez votre médecin si vous voulez malgré tout en utiliser.
  • Les diabétiques ne doivent pas oublier que certains sirops contre la toux contiennent beaucoup de sucre. Il est préférable d’utiliser une variante sans sucre.
  • Les sirops sans sucre : Actifed New, Balsoclase Dextrometorphan, Balsoclase Antitussivum, Bisoltussin, Bronchosedal Dextromethorphan HBr, Dextromethorphan Teva, Sinecod.
  • Pastilles : Lysotossil, Noscaflex, Nosca Mereprine, Touxium Antitussivum.
  • Demandez conseil à votre médecin traitant avant de prendre un antitussif si vous souffrez d’une maladie pulmonaire chronique comme l’asthme ou la BPCO.
  • Il faut une ordonnance pour tous les médicaments contenant de la codéine ou un dérivé : Bromophar, Bronchodine, Broncho-Pectoralis Codéine, Glottyl, Bronchosedal Codéine, etc. Ces antitussifs sont déconseillés pendant la grossesse et l’allaitement.
  • Les antitussifs combinant plusieurs substances actives (par exemple un antitussif + un antipyrétique ou un vasodilatateur) sont vivement déconseillés.

Voir aussi l'article : Mal de gorge : faut-il boire chaud ou froid ?

Voir aussi l'article : Le miel contre la toux : vraiment efficace ?

Expectorants

Certains médicaments ne combattent pas la toux mais facilitent l’expectoration des glaires en les liquéfiant. Ces produits ne sont vraiment nécessaires que dans des cas très spécifiques, par exemple pour les enfants souffrant de mucoviscidose. Leur efficacité n’est pas prouvée en cas de simple toux.  

  • En Belgique, les expectorants contenant de la guaifénésine sont interdits aux enfants de moins de 6 ans. Il s’agit notamment d’Actifed New, Balsoclase Antitussivum, Lysotossil, Nortussine Mono, Vicks Expectorant ...
  • L’utilisation combinée d’antitussifs et d’expectorants est fortement déconseillée.

Voir aussi l'article : Du mal de gorge à la laryngite : que faire pour soulager la douleur ?

Suppositoires à base de dérivés terpéniques

Les suppositoires à base de dérivés terpéniques, comme l’eucalyptus ou le camphre, sont vivement déconseillés aux enfants de moins de 30 mois et aux enfants ayant des antécédents d’épilepsie et de convulsions fébriles. Ils présentent des risques de troubles neurologiques, surtout en cas de convulsions.

En Belgique, deux produits sont concernés : Eucalyptine Le Brun (à base de codéine et d’eucalyptol) et Eucalyptine Pholcodine Le Brun (composé de pholcodine, d’eucalyptol, de phénol, de gaïacol et de camphre).

Voir aussi l'article : Pourquoi cette boule dans la gorge ?

Gouttes nasales

La toux s’accompagne souvent d’un rhume. Vous pouvez dégager votre nez avec une solution saline (sérum physiologique). 

  • Les gouttes nasales contenant un des ingrédients suivants sont déconseillées aux enfants de moins de 7 ans : phényléphrine, éphédrine, naphazoline et tramazoline.
  • Vous pouvez éventuellement administrer aux enfants des gouttes nasales à base d’oxymétazoline (Nesivine, Vicks Sinex) ou de xylométazoline (Nasa Rhinatiol, Nasasinutab, Nuso-San, Otrivine Anti-Rhinitis, Xylométazoline EG), en tenant compte des formes pédiatriques (0-2 ans, 2-6 ans).
  • La combinaison de gouttes décongestionnantes et d’antibiotiques locaux ou de corticostéroïdes est vivement déconseillée.
  • On recommande de limiter l’utilisation de gouttes nasales à maximum 5 jours.
  • Préférez les sprays doseurs, qui libèrent une quantité restreinte, aux gouttes nasales sans doseur.

Voir aussi l'article : Rhume des foins : quels médicaments sont efficaces ?

Sources :
https://www.fagg.be
https://www.bcfi.be



Dernière mise à jour: septembre 2023
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram