Les hormones rendent-elles vraiment les femmes plus émotives ?

Dernière mise à jour: décembre 2021
123m-emoties-angst-16-10.jpg

news On dit souvent que les femmes sont plus émotives que les hommes, et que cela serait associé, en tout cas en partie, aux fluctuations hormonales liées au cycle menstruel. Mais en va-t-il réellement ainsi ?

Le contexte renvoie au fait qu’historiquement, les femmes ont été exclues de certains types d’études scientifiques en raison de l’affirmation selon laquelle les fluctuations hormonales ovariennes (dans le cadre du cycle menstruel) pouvaient fausser les résultats, en particulier sur le plan émotionnel. Mais les preuves formelles manquent pour soutenir ce raisonnement.

Une équipe américaine (université du Michigan) a entrepris d’apporter de nouveaux éléments. Pour cela, les chercheurs ont suivi pendant près de trois mois, de manière « intensive », trois groupes de volontaires : des hommes, des femmes dont le cycle menstruel naturel n’a pas été influencé, et d’autres femmes utilisant trois types différents de contraceptifs oraux (qui « stabilisent » les fluctuations hormonales ovariennes).

Peu de différences entre les hommes et les femmes

Jour après jour, les auteurs ont relevé ce qu’ils appellent « la variabilité émotionnelle », en fait la fluctuation des émotions, qu’elles soient positives ou négatives. L’idée étant bien entendu de déterminer si ces changements avaient un lien avec les fluctuations hormonales. Que constate-t-on ? « Nos résultats mettent en évidence des similarités entre les hommes et les femmes, et entre les femmes au cycle naturel et celles qui prennent un contraceptif », indiquent les spécialistes. Des différences existent, mais elles sont qualifiées de « légères ».

Autrement dit, « nous observons peu d’indications selon lesquelles les hormones ovariennes influenceraient la variabilité émotionnelle chez les femmes, en tout cas dans une plus large mesure que les facteurs biopsychosociaux qui influencent les émotions quotidiennes chez les hommes ». Et à partir de là, l’exclusion des femmes, pour cette raison, d’une série d’études ne se justifierait donc pas. En fait, de plus en plus d’éléments tendent à démontrer que les femmes ne sont probablement pas plus émotives que les hommes, et encore moins pour des raisons hormonales, mais qu’elles auraient tendance à davantage exprimer leurs émotions.

Voir aussi l'article : Emotions : l’âge influence notre lecture des visages

Source
Scientific Reports

auteur : Juan Miralles - journaliste santé
En exclusivité chez Medi-Market !	 	En exclusivité chez Medi-Market !

Les meilleurs produits solaires aux meilleurs prix, c'est en exclusivité chez Medi-Market !

J'en profite !
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram