Comment conserver les sandwichs ?

Dernière mise à jour: juin 2017 | 3539 visites
123m-sandwhich-voeding-eten-13-6.jpg

conseil Les sandwichs sont sans doute le déjeuner le plus courant sur le lieu de travail. Quelles sont les conditions idéales pour les conserver (aussi bien ceux que vous avez préparés vous-même que ceux que vous avez achetés) ? Ces conseils sont importants, surtout par temps chaud, pour prévenir les infections bactériennes et les intoxications alimentaires.

• Bien sûr, il est important que la préparation se déroule dans des conditions d’hygiène optimales (lavez-vous les mains avant !).

• Les sandwichs fourrés doivent être conservés au frais (entre 4 et 7 °C, en fonction de la garniture). Les préparations à base de viande ou de poisson frais doivent rester aussi longtemps que possible au frigo avant consommation.

• Les sandwichs doivent être emballés dans un matériau sans risque : film alimentaire, feuille d’aluminium, sac en papier alimentaire… Si vous (ou vos enfants) utilisez une boîte à tartines, lavez-la tous les jours avec de l’eau chaude et du détergent.

• Transportez idéalement les sandwichs dans une petite glacière ou un sac isotherme, surtout s’ils contiennent de la viande crue ou du poisson.

• Mettez les sandwichs au frigo, ne les laissez pas sur votre bureau en attendant de les manger. Conservez-les :

- à maximum 4 °C s’ils contiennent de la viande crue, du poisson cru ou fumé ou des oeufs crus (mayonnaise)
- à maximum 7 °C pour tous les autres types de garnitures (charcuterie, fromage frais, oeufs durs, légumes crus…).

• Mangez les sandwichs maximum 4 heures après l’achat ou la livraison.

• Lavez-vous toujours les mains avant de manger.


publié le : 21/06/2017 , mis à jour le 20/06/2017

Réagissez

Masquer mes données personnelles :
votre nom et votre adresse e-mail n'apparaçtront pas avec votre réaction
Prévenez-moi en cas de réaction à mon message :
vous serez prévenu lorsque quelqu'un réagira à votre message.
signes restants.
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci