ad

Régime : pourquoi il ne faut pas s’interdire le chocolat

Dernière mise à jour: août 2013 | 6309 visites
man-appel-taart-eten-energie-170_400-02.jpg

news Lors d’un régime amaigrissant, l’aliment banni devient vite obsessionnel. Le cerveau finit par ne plus y résister.

On craque, et nous n’y pouvons rien : c’est la tentation de l’interdit. Des chercheurs de l’université de la Colombie-Britannique (Vancouver) ont conduit une expérience particulièrement instructive à ce propos. Les psychologues ont réuni un panel de volontaires, auxquels ont été diffusées des images de divers objets. Selon les groupes, il leur était dit que l’objet était à eux, appartenait à quelqu’un d’autre, leur était interdit ou était interdit à tous. L’activité cérébrale des participants a été scrutée et ces mesures ont été suivies de tests de mémoire.

Exclu pour tous ou pour personne


Résultat : la réaction du cerveau est similaire face à un objet soit interdit, soit nous appartenant. Comme l’explique l’un des spécialistes, « nos observations montrent que notre cerveau accorde le même niveau d’attention aux objets interdits qu’à nos biens personnels. Or, davantage d’attention conduit à un plus grand risque de craquer ». Et ceci s’applique donc aussi aux aliments défendus.

L’autre constat est également très intéressant : l’attention se relâche considérablement lorsque l’objet est interdit à tout le monde. Les auteurs estiment que cela pourrait en partie expliquer la plus grande efficacité des régimes amaigrissants entrepris en groupe. Considérant ces deux éléments, décider de se priver radicalement d’un aliment risque donc de s’avérer contre-productif, sauf à le bannir pour tous, en interdisant par exemple le chocolat à la maison pendant un temps donné.


publié le : 26/08/2013
ad
pub