Peut-on consommer les légumes d’un jardin ou d’un potager inondé ?

dossier Une inondation draine de l’eau de pluie, des cours d’eau et des eaux usées, y compris des fosses septiques. Consommer les fruits et légumes de votre potager peut représenter un risque. Quelles sont les recommandations des autorités sanitaires si votre potager a été submergé par les eaux ? Faut-il nécessairement tout jeter ?

Quels sont les risques pour vos légumes en cas de potager inondé ?

Getty_moestuin_overstroomd_2024.jpg

© Getty Images

En cas d’inondation, l’eau qui déferle sur votre parcelle peut être contaminée par diverses substances, notamment les eaux usées, le ruissellement agricole, le ruissellement industriel et d'autres polluants. Lorsque l’eau se retire, les contaminants, eux, restent. 

  • Contamination microbienne : l'eau d'inondation peut contenir des agents pathogènes, notamment des bactéries (comme E. coli, Salmonella), des virus et des parasites provenant de diverses sources, y compris les égouts, les fosses septiques ou les excréments d’animaux. 
  • Polluants chimiques : les inondations peuvent entraîner la dispersion de produits chimiques, tels que les hydrocarbures, les métaux lourds, les pesticides, et d'autres polluants industriels ou agricoles. Ces substances peuvent être absorbées par les plantes ou adhérer à leur surface.
  • Moisissures : les moisissures sont des champignons microscopiques qui se développent en milieu humide. Ils peuvent produire des toxines susceptibles de contaminer les légumes après une inondation.

Voir aussi l'article : Eaux contaminées : les maladies des piscines et des rivières

Principe de précaution : ne consommez aucun légume d'un potager inondé

Il est difficile d'évaluer le niveau de contamination des légumes qui ont réchappé aux inondations. Par principe de précaution, les autorités sanitaires recommandent de ne jamais consommer les fruits et légumes qui ont été touchés par les eaux de crues. Il est également déconseillé de les composter. C’est la seule manière d’éliminer tout risque pour la santé. Les boues résiduelles peuvent également causer des problèmes plus tard. Il peut être avisé de faire contrôler votre sol.

Toutefois, lorsqu'une inondation survient au début de la saison de plantation, de nombreux jardiniers se demandent s'ils peuvent sauver au moins une partie de leurs plantations. Dans ce cas, voici ce à quoi il faut être attentif : 

  • la pollution du sol
  • les types de légumes cultivés
  • le traitement des légumes avant consommation

Votre sol a-t-il été pollué par une inondation ?

Le risque sanitaire dépend des concentrations en agents pathogènes présents dans les eaux d’inondation. Or, il est difficile de savoir ce que contiennent réellement ces eaux. Dans certains cas, le risque que votre sol soit pollué est indéniable. C’est le cas si des sources potentielles de pollution se trouvent à proximité de votre terrain. Si vous vous retrouvez dans les situations listées ci-dessous, vous devriez tout jeter et faire tester votre sol.

Soyez particulièrement vigilants si vous habitez à proximité de :

  • Sites industriels 
  • Fermes et/ou champs pouvant charrier des matières fécales et des polluants chimiques
  • Voiries ou grands axes routiers
  • Fosses septiques
  • Décharges
  • Citernes à mazout proche de votre parcelle : les inondations peuvent provoquer des fuites d’hydrocarbures. Vous remarquerez peut-être une contamination au fioul si des taches huileuses se forment en surface des flaques d’eau. Dans ce cas, les légumes sont impropres à la consommation et le potager inutilisable parfois même pour plusieurs années. 

Voir aussi l'article : Perturbateurs endocriniens : une menace pour notre cerveau

Après une inondation, faire tester son sol ?

Après une inondation (ou simplement pour identifier une éventuelle pollution au jardin), vous pouvez faire tester votre sol, voire même un fruit ou un légume. Vous pourrez ainsi détecter la présence d’hydrocarbures, de PFAS ou encore de métaux lourds dans votre potager. Vous trouverez toutes les informations à ce sujet sur le portail Environnement-Santé de la Wallonie et sur le site de Bruxelles Environnement. La Wallonie met d’ailleurs une prime à disposition des citoyens qui souhaitent effectuer cette analyse. 

Quelles sont les règles à respecter si vous désirez consommer les légumes d’un potager inondé ?

Si vous désirez malgré tout prendre le risque de consommer certains légumes du potager après une inondation. Voici ce que vous devez savoir.

  1. Jetez tous les légumes à feuilles. Les laitues, épinards et autres légumes verts touchés par les eaux de crue doivent être jetés. Ils sont particulièrement sensibles à la contamination bactérienne et chimique et ne peuvent être nettoyés correctement.
  2. Ne consommez aucun légume cru. Fraises, framboises, groseilles… jetez tous les fruits et légumes qui ont été en contact direct avec les eaux de crue et qui sont normalement ou fréquemment consommés crus. Les tomates qui n’ont pas été en contact avec les eaux de crues devraient pouvoir être utilisées en toute sécurité si elles sont cuites et pelées. 
  3. En général, les fruits et légumes qui étaient immatures au moment de l’inondation devraient pouvoir être consommés au moment où ils sont prêts à être récoltés. Cela inclurait les légumes au stade de la floraison ou de la préfloraison (tomates, aubergines, courges, concombre, etc.). Les légumes racines, telles que les betteraves, les carottes et les pommes de terre, qui sont encore au début de leur croissance, au moins 4 à 8 semaines avant la récolte, devraient être sans danger si ils poussent jusqu'à maturité et sont lavés et cuits avant d'être consommés. Ceci n’est vrai que si le potager a été épargné par une contamination aux hydrocarbures et aux métaux lourds. Il est alors intéressant de faire tester son sol. 
  4. Afin de diminuer le risque sanitaire, les fruits et légumes doivent être nettoyés, épluchés et cuits. Le lavage minutieux des légumes peut aider à éliminer certains contaminants de surface, mais il peut ne pas être suffisant pour éliminer tous les risques microbiens et chimiques. La cuisson des légumes peut détruire les agents pathogènes, mais ne neutralise pas les contaminants chimiques.
  5. Jetez tous les légumes abîmés ou fissurés.

Voir aussi l'article : Jardinage: les pesticides en toute sécurité

Sources

https://m3s.gouvernement.lu
https://extension.wvu.edu
https://hles.unl.edu
https://yardandgarden.extension.iastate.edu
https://www.health.belgium.be
https://www.zorg-en-gezondheid.be
https://www.science.lu

auteur : Olivia Regout - journaliste santé

Dernière mise à jour: mai 2024

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram