Les hommes ont la mémoire qui flanche

ouder-man-computer.jpg

news Au fur et à mesure que l’âge avance, les troubles cognitifs prennent progressivement davantage d’ampleur. Problèmes de concentration, oublis récurrents, défauts d’attention… : ces petits soucis ne prêtent généralement pas à conséquence, sauf évidemment s’ils sont à relier à un processus de démence sénile, comme la maladie d’Alzheimer. La mémoire risque donc de flancher - un peu ou beaucoup - avec l’âge. Et il faut constater que ce phénomène affecte davantage les hommes que les femmes.

C’est en tout cas ce qu’affirme le Dr Ronald Petersen, directeur du Centre de recherches sur la maladie d’Alzheimer à la Mayo Clinic (Rochester – Etats-Unis). Après avoir formé un panel de quelque 2000 volontaires, âgés entre 70 et 89 ans, son équipe a évalué leurs faculté cognitives, à la fois sur base d’un entretien individualisé et d’un examen neurologique. Il est apparu que parmi ceux qui ne souffraient pas de démence sénile (quel qu’en soit le stade), 16% accusaient néanmoins des troubles de la mémoire. Et au sein de ce groupe, il s’est avéré que les hommes couraient 50% de risques supplémentaires, par rapport aux femmes, d’être affectés par ce souci. Un faible niveau scolaire et le célibat interviennent comme facteurs influençant le développement de troubles cognitifs légers à modérés.



Dernière mise à jour: janvier 2011
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram