Frottis anormal : déroulement d’une colposcopie et d’une biopsie

dossier Lorsque le gynécologue est confronté à une anomalie du frottis ou à un HPV positif, il procède à un examen approfondi du col de l’utérus au cours d’une colposcopie. Une biopsie est également pratiquée au cours de cette coloscopie afin d’analyser plus en détail les tissus du col de l’utérus.

Voir aussi l'article : Cancer du col de l’utérus : symptômes, diagnostic et traitement

En quoi consiste une colposcopie ?

La colposcopie est un examen au cours duquel le gynécologue examine attentivement le col de l'utérus à l'aide d'un colposcope. Le gynécologue procède comme pour un frottis : il introduit un spéculum dans le vagin afin d’écarter les parois de la cavité vaginale. Ensuite, il place le colposcope à l’entrée du vagin. L’instrument ressemble à une longue-vue. Il permet d’analyser les tissus de plus près, comme avec une loupe. Parfois, le colposcope est relié à un écran et vous pouvez regarder les images. Le gynécologue instille un liquide de contraste afin de mieux voir les tissus. La manœuvre peut provoquer une légère sensation de picotement.

Deux types de cellules tapissent le col de l’utérus : les cellules malpighiennes ou squameuses (dans l’exocol) et les cellules endocervicales ou cylindriques (dans l’endocol). On appelle zone de jonction ou de transformation l’endroit où l’exocol et l’endocol se rejoignent. C’est là que les lésions précancéreuses (dysplasies) apparaissent presque toujours. Le médecin va donc prêter une attention particulière à cette zone durant la colposcopie. S’il y détecte des anomalies, il en prélève généralement une partie pour analyse. C’est ce qu’on appelle une biopsie.

Si vous avez vos règles, mieux vaut reporter la colposcopie.

Voir aussi l'article : Conisation : opération du col utérin en cas de frottis anormal

En quoi consiste une biopsie (examen des tissus) ?

Getty_colposcopie_biopsie_uistrijkje_2023.jpg

© Getty Images

Durant la colposcopie, le médecin gratte un peu de tissu avec un instrument. Ce prélèvement est souvent effectué à plusieurs endroits. Parfois, il prélève également un peu de tissu à l’intérieur du col de l’utérus.

Le prélèvement de tissus peut brièvement induire une légère douleur mais celle-ci ne nécessite pas d’anesthésie locale. Parfois, le gynécologue vous demande de tousser car cela allège la douleur.

Le prélèvement provoque une plaie qui peut saigner. En cas de saignements abondants, le médecin peut cautériser la plaie, ce qui provoque une légère crampe dans le bas du ventre. Le gynécologue peut aussi avoir recours à un tampon pour mettre fin au saignement. Vous pouvez l’ôter vous-même par la suite. Dans les autres cas, une serviette hygiénique ou un protège-slip suffisent. La perte de sang cesse au bout de quelques jours. Il est préférable de s’abstenir de relations sexuelles tant que la plaie saigne.

Voir aussi l'article : Pertes de sang en-dehors des règles : les causes possibles

Un type particulier de biopsie : la résection à l’anse diathermique

Le médecin peut procéder à la conisation avec la technique à l'anse diathermique. Il effectue d'abord une anesthésie locale, à l’aide d’une fine aiguille. L’injection peut être douloureuse mais la suite de l’intervention est totalement indolore.

Le gynécologue utilise une boucle de fil métallique mince, chauffée à l’électricité. L’anse ainsi chauffée agit comme un scalpel pour enlever une couche de tissu et colmate en même temps les vaisseaux sanguins voisins. Pour conduire le courant électrique, un autocollant en plastique est apposé sur votre jambe pendant l'intervention. L’opération dégage souvent une odeur de brûlé.

Si la lésion précancéreuses n’est pas trop étendue, le gynécologue peut tenter d’en prélever la totalité durant l’intervention. Les tissus ainsi prélevés peuvent atteindre plusieurs centimètres de long et une épaisseur de plus d’un demi-centimètre. 

Ce type de biopsie peut provoquer des pertes de sang malodorantes pendant deux semaines. Il est préférable de s’abstenir de relations sexuelles durant cette période.

Résultats de la colposcopie et de la biopsie

Un pathologiste analyse les tissus prélevés en laboratoire. Il s’intéresse au type de HPV en cause. Les types 16 et 18 sont les plus agressifs. On connaît généralement le résultat après deux semaines. Le gynécologue vous le communique de différentes manières, en fonction de la situation : par téléphone, par écrit ou durant une consultation.

Nous vous décrivons ci-dessous les résultats les plus fréquents des biopsies. On qualifie souvent un résultat positif de « dysplasie », soit une anomalie de la formation des tissus. On emploie également le terme CIN, l’abréviation de néoplasie intra-épithéliale cervicale.

  1. CIN I ou légère dysplasie : les tissus du col de l’utérus sont légèrement anormaux, sans cancer.
  2. CIN II ou dysplasie modérée : les tissus sont un peu plus anormaux, toujours sans cancer.
  3. CIN III ou dysplasie grave : les anomalies des tissus sont nettement plus marquées. Il s’agit ici d’un stade précancéreux du col de l’utérus. Cela ne signifie pas pour autant que vous allez développer un cancer en l’absence de traitement. La plupart des femmes présentant un CIN III n’auront vraisemblablement jamais de cancer du col de l’utérus.

Jadis, le CIN III s’appelait, erronément, carcinome in situ. Le nom prête à confusion puisqu’il ne s’agit pas d’un cancer.

Aucun traitement n’est requis en cas de CIN I et de CIN II. Le corps élimine généralement les cellules anormales sans intervention extérieure. Vous devrez cependant vous soumettre plus régulièrement à un contrôle, une fois tous les six mois ou une fois par an, afin de suivre l’évolution des lésions.

Le CIN III guérit très rarement de manière spontanée. Son évolution en cancer est imprévisible mais par mesure de prudence, on recommande un traitement aux femmes présentant un CIN III.

Voir aussi l'article : Vaccin HPV : pour les adultes aussi ?

Sortes de traitements

Il existe différents types de traitements du col de l’utérus. En fonction de votre situation, le médecin conseillera une conisation, un traitement au laser, une cryothérapie ou une excision à l’anse diathermique.

Voir aussi l'article : Le cancer du col de l'utérus en 10 questions

Sources :
https://www.uzleuven.be
https://www.uzbrussel.be

auteur : Sara Claessens - journaliste santé

Dernière mise à jour: juin 2023
100 ans de fondation contre le cancer 100 ans de fondation contre le cancer
Fondation contre le Cancer

En 2024, la Fondation contre le Cancer célébrera son 100e anniversaire, sous le Haut Patronage de la Reine Mathilde. Depuis sa création son moteur a été la volonté de transformer l'espoir en victoire.

100 ans de fondation contre le cancer
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram