L’ulcère de l’estomac

Dernière mise à jour: août 2015

dossier Il fut une époque où traiter un ulcère gastro-duodénal se heurtait à d'énormes difficultés. Grâce à une meilleure connaissance de cette maladie, et en particulier suite à la découverte d'une bactérie au rôle clé, un patient peut être débarrassé du problème en à peine quelques jours.

De quoi s'agit-il ?

L'ulcère gastrique est la conséquence d’une détérioration de la paroi de l’estomac ou du duodénum, le segment initial de l’intestin grêle.

123-p-maag-zweer-170-10.jpg
Naguère, on considérait que l'ulcère était la conséquence d’une production excessive de sucs gastriques, favorisée par le stress, une alimentation déséquilibrée, une tendance à manger trop vite, l'excès de café, le manque de sommeil, le tabac, l'alcool...

Mais au début des années 80, deux chercheurs australiens ont réussi à identifier une bactérie présente dans quasiment tous les cas d'ulcère gastrique qu'ils avaient analysés. Son nom : Helicobacter pylori. Depuis, il a été démontré que neuf ulcères gastriques et duodénaux sur dix sont causés par H. pylori.

Les symptômes

Dans les pays occidentaux, on estime qu'une personne sur dix souffrira d’un ulcère gastro-duodénal au cours de son existence. Un ulcère se traduit par une plaie plus ou moins profonde dans la muqueuse. Ceci provoque des douleurs, des brûlures, une sensation d'être "rongé de l’intérieur", dans la partie supérieure de l’abdomen, à hauteur de la poitrine.

La perte d’appétit est fréquente, alors que l'ingestion d'aliments s'accompagne de ballonnements, voire de vomissements. Un ulcère peut entraîner de graves complications, de type perforation et/ou hémorragie. L'ulcère représente l’une des causes majeures de cancer gastrique.

Les traitements

Jusqu'à la fin des années 70, le traitement reposait essentiellement sur les restrictions alimentaires. Ensuite, une nouvelle génération d’antiacides a permis de mieux soulager les patients, qui étaient cependant continuellement victimes de rechutes.

La découverte d’Helicobacter pylori a marqué un tournant historique, révolutionnaire, puisque la maladie pouvait enfin être guérie. Concrètement, le médecin prescrit une combinaison d'antibiotiques (pour éliminer la bactérie) et d'antiacides (un inhibiteur de la pompe à protons ou IPP).

A côté de cela, les patients sont invités, du moins au début du traitement, à limiter leur consommation d’alcool, de café et de certains aliments (tomates, épices, chocolat, œufs, vinaigrettes, crudités, fibres et charcuteries). Il est conseillé de fractionner les repas et de manger à chaque fois des petites quantités.

La bactérie, mais pas seulement

Le stress, l’anxiété, l'alcool ou le tabac sont considérés comme des facteurs aggravants.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (Ains) sont quant à eux des causes possibles d'ulcères. Il en va ainsi notamment de l'acide acétylsalicylique (aspirine) ou de l'ibuprofène. S'ils sont amenés à être traités par Ains, les patients qui ont été confrontés à un ulcère devront prendre ces médicaments en combinaison avec des antiacides.

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.