Poids et graisse du ventre : les bienfaits de l’avocat

Dernière mise à jour: novembre 2021
unspl-m-fruit-avocado-5-11-21.jpg

news L’avocat est un fruit riche en nutriments, avec des effets santé de mieux en mieux cernés. Il en va ainsi de son action sur le poids, ainsi que sur l’excès de graisse abdominale, un facteur majeur de risque cardiovasculaire et métabolique.

Cette graisse abdominale, appelée aussi graisse viscérale, est stockée en profondeur dans la cavité abdominale, autour des organes et entre eux. Elle doit être distinguée de la graisse sous-cutanée, d’une nature bien plus superficielle. De nombreuses études ont démontré que l’excès de graisse abdominale constituait un facteur de risque important sur le plan cardiovasculaire et métabolique, en particulier parce qu’elle « nourrit » un processus inflammatoire délétère.

Fibres et acides gras moninsaturés

Ainsi que l’explique une équipe américaine (université de l’Illinois), la consommation régulière d’aliments hautement concentrés en nutriments peut constituer une approche non pharmacologique prometteuse afin de combattre cette graisse malsaine. Les chercheurs se sont penchés sur un aliment spécifique : l’avocat, riche en fibres et en acides gras monoinsaturés (AGMI). Un fruit (ici de type Hass : environ 136 g l’unité) contient plus ou moins 13 g d’AGMI, 10 g de fibres et un éventail de caroténoïdes (antioxydants) et de composés bioactifs.

Une alimentation dense en acides gras monoinsaturés et en fibres a reçu une attention « considérable » pour sa capacité potentielle à lutter contre le surpoids et l’obésité et à baisser le risque de diabète (DT2). Dans ce contexte, il est apparu que les consommateurs réguliers d’avocats avaient tendance à présenter un indice de masse corporelle (IMC) plus bas et un taux plus faible de graisse viscérale, alors que ce fruit s’intégrait parfaitement dans un régime amaigrissant.

Un avocat frais tous les jours

En l’occurrence, l’expérience réalisée par les spécialistes américains a porté sur un groupe de personnes âgées de 25 à 45 ans (60% de femmes), avec un IMC supérieur à 25 (palier du surpoids). Elles ont été réparties en deux groupes, pour un suivi de trois mois. Durant cette période, tous les participants ont mangé des repas identiques, à une exception près : l’un des deux groupes a consommé un avocat frais tous les jours. Les auteurs se sont intéressés à trois critères : la graisse abdominale, la graisse sous-cutanée, et le rapport graisse abdominale - graisse sous-cutanée.

Le résultat montre que le groupe avocat bénéficie d’une réduction bien plus importante du taux de graisse abdominale, avec une hausse du ratio graisse abdominale - graisse sous-cutanée, ce qui donne à penser à une redistribution des graisses. Le bénéfice le plus net est constaté chez les femmes, la différence entre les deux groupes n’étant pas clairement significative chez les hommes. Et dès lors, « notre étude tend à indiquer que la consommation régulière d’avocats constitue non seulement un marqueur d’une alimentation plus saine, mais elle peut améliorer la répartition des graisses et le statut pondéral, avec un effet bénéfique sur la santé métabolique ».

Voir aussi l'article : Comment couper un avocat en toute sécurité ?

Source: The Journal of Nutrition (https://academic.oup.com/jn)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram