Etonnant et inquiétant : les truites deviennent accros à nos drogues

Dernière mise à jour: septembre 2021
123m-forel-vis-27-9-21.jpg

news Il s’agit d’un phénomène très surprenant : en raison du rejet dans l’eau de résidus de drogues consommées par les humains, les animaux peuvent développer une dépendance à ces substances. Il en va ainsi des truites.

« La consommation de drogues illicites joue un rôle inattendu dans la contamination des écosystèmes aquatiques où sont déversées des eaux usées », indique cette équipe tchèque (Université des sciences de la vie). Les chercheurs ont réalisé une expérience aux résultats particulièrement instructifs, qui démontrent que les résidus de métamphétamine causent une altération du comportement et une addiction chez la truite commune européenne (Salmo trutta), qui évolue dans les rivières et les étangs.

Dans les urines et les selles

Un mot d’abord sur la métamphétamine, également appelée « crystal meth » ou « ice ». Il s’agit de l’un des psychostimulants les plus puissants, qui représente un problème majeur de santé publique dans un nombre croissant de pays. Très proche de l’amphétamine, présentée sous une forme solide cristalline (qui rappelle du verre pilé ou de la glace), elle est généralement fumée dans une pipe. Extrêmement addictive, les effets recherchés sont l’euphorie, l’augmentation de la vigilance, une plus grande assurance, un renforcement de la libido, ainsi encore qu’une dissipation des inhibitions et une baisse de la fatigue. Un classement récent, établi par des chercheurs australiens, la situe dans le top 3 des drogues les plus dangereuses.

Comment se retrouve-t-elle dans nos eaux usées ? Parce que l’organisme la métabolise, c’est-à-dire qu’il en transforme une partie en métabolites : ces métabolites, ainsi que des molécules actives si la métabolisation n’est pas complète, vont être éliminés dans les urines et dans les selles, qui se retrouvent dans les eaux usées. Les stations d’épuration ne sont pas en mesure de filtrer ces particules, qui sont alors rejetées dans les rivières.

Une addiction chez les poissons

L’expérience des chercheurs tchèques a consisté à placer des truites dans un bassin rempli d’eau contenant les mêmes concentrations de métamphétamine que celles relevées dans les cours d’eau. Les observations ont duré deux mois. Ce qu’on constate est pour le moins saisissant. Ainsi, le comportement des poissons change au contact des résidus de drogue, en particulier dans leurs déplacements. On note aussi qu’après avoir été replongées dans une eau « pure », les truites manifestent des signes de syndrome de sevrage, et quand on leur en offre la possibilité, elles quittent cet espace d’eau saine pour rejoindre la partie du bassin contenant les résidus de métamphétamine. Des résidus que l’on retrouve dans les tissus cérébraux des poissons sous forme de métabolites.

Les spécialistes expliquent en substance : « Nos données suggèrent que l’émission de drogues illicites dans l’eau des écosystèmes provoque une addiction chez les poissons et modifie leur comportement, en particulier leurs préférences en termes d’habitat. Les conséquences à l’échelle individuelle et collective doivent être étudiées avec attention, étant donné les répercussions possibles sur la survie et la reproduction ».

Voir aussi l'article : Nos médicaments : un réel danger pour les poissons

Source: Journal of Experimental Biology (https://jeb.biologists.org)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram