Diabète : les antibiotiques augmentent-ils le risque ?

Dernière mise à jour: juin 2015 | 6780 visites
pillen-veel-kleur-170_400_05.jpg

news La prescription trop fréquente d’antibiotiques augmenterait le risque de développer un diabète de type 2 (DT2).

Cette association a été établie sur base de l’analyse du dossier médical d’environ un million d’adultes d’âge mûr, dont 20% présentaient un diabète. Les chercheurs (université de Pennsylvanie) ont calculé la consommation d’antibiotiques sur une période moyenne de cinq ans (avant le diagnostic pour ce qui concerne les diabétiques, bien entendu), et ont analysé ces données en tenant compte de paramètres comme l’indice de masse corporelle (IMC), le tabac, l’excès de cholestérol, la fréquence des infections ou encore l’existence d’un trouble cardiovasculaire. Tout ceci afin d’isoler l’impact du « facteur antibiotiques », sachant qu’on parle ici de classes courantes (pénicillines, céphalosporines, quinolones, macrolides…).

Que dit le résultat ? Qu’une seule prescription (sur cinq ans en moyenne, donc) n’influence pas le risque de diabète. Par contre, entre deux et cinq, le risque augmente de 8% à 15% selon le type d’antibiotiques, et de 23% à 37% au-delà de cinq périodes de traitements. Il est à noter que ce lien n’est pas mis en évidence avec les antiviraux et les antifongiques.

Les auteurs notent aussi que les personnes diabétiques présentaient, avant le diagnostic, une sensibilité plus élevée aux infections (urinaires en particulier), ce qui peut en partie expliquer la plus forte prescription d’antibiotiques. Néanmoins, les chercheurs concluent que les antibiotiques représentent bien un facteur d’augmentation du risque de diabète (en l’état, ils parlent de sur-risque, mais pas de cause directe).

Ils émettent l’hypothèse que ces médicaments perturbent la flore intestinale, avec de possibles conséquences métaboliques en cascade. En tout cas, pour cette raison comme pour d’autres, les antibiotiques ne doivent être prescrits que lorsqu’ils sont strictement nécessaires.

Source: European Journal of Endocrinology (www.eje-online.org)
publié le : 04/06/2015 , mis à jour le 03/06/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci