Comment le deuil fragilise l'organisme

Dernière mise à jour: décembre 2014 | 5219 visites
man-psyche-depr-170_400_08.jpg

news La perte d’un être cher perturbe le fonctionnement de l’organisme, et ce phénomène est d’autant plus prononcé que la personne endeuillée est âgée.

Cette équipe britannique (université de Birmingham) a analysé des prélèvements sanguins de personnes en deuil suite au décès de leur conjoint ou d’un parent proche. L’objectif consistait à déterminer les taux d’hormones du stress et de neutrophiles, des globules blancs essentiels dans notre système de défense contre les germes. Les participants étaient des adultes jeunes (32 ans en moyenne) et des aînés (72 ans en moyenne).

Les résultats montrent que dans les semaines et les mois qui suivent le décès de l’être cher, le deuil à un âge avancé est associé simultanément à une forte diminution de la production de neutrophiles – avec dès lors une fragilité accrue face aux infections - et à une augmentation nettement marquée des hormones du stress. Le deuil à un âge plus jeune perturbe aussi ces paramètres, mais globalement, l’impact reste modéré.

En fait, poursuivent les chercheurs, le stress lié au deuil agit directement sur les capacités de l’organisme à lutter contre les germes. Quel que soit l’âge, le soutien apporté à la personne endeuillée est évidemment essentiel, et ceci est particulièrement vrai pour les aînés.

Source: Immunity & Ageing (www.immunityageing.com)
publié le : 11/12/2014 , mis à jour le 10/12/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci