Pourquoi ce blocage avec les maths ?

Dernière mise à jour: juin 2014 | 6177 visites
123-p-student-boeken-exam-170-6.jpg

news La hantise des mathématiques repose pour une large part sur une composante génétique. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’intervenir.

Ces caractéristiques génétiques relèvent à la fois de la compétence objective (« doué ou pas doué », pour faire court) et de la tendance naturelle à l’anxiété. Selon des spécialistes de l’Ohio State University, cette combinaison expliquerait 40% de la peur des mathématiques.

Comment ont-ils déterminé et quantifié cela ? En suivant pendant de nombreuses années, de la maternelle à l’âge de 15 ans, deux groupes d’enfants (cinq cents au total) : d’une part des jumeaux monozygotes (« vrais »), de l’autre des dizygotes (« faux »). Les chercheurs ont utilisé des outils statistiques et psychologiques afin de mesurer l’évolution du degré d’anxiété et des résultats en maths, mais aussi dans d’autres tâches (comme la lecture). La comparaison entre les jumeaux (au sein des groupes et entre les deux) leur a permis d’évaluer l’influence de la génétique dans les capacités mathématiques.

Et donc, disent-ils, les prédispositions génétiques déterminent à la fois la compétence cognitive (objective) et l’anxiété, qui expliquent à leur tour, en partie, les différences individuelles face à la peur des mathématiques. Ce blocage est également influencé par l’environnement familial et social, l’éducation, l’enseignement ou encore l’expérience personnelle. Et s’il est difficile d’agir sur la compétence en tant que telle (l’enfant est plus ou moins réceptif aux notions mathématiques), il est parfaitement possible d’intervenir sur son anxiété, en l’aidant à mieux gérer ses émotions.

Les chercheurs poursuivent leurs travaux pour mieux comprendre cette réponse émotionnelle par l’observation en temps réel de l’activité cérébrale lors de la réalisation de tâches mathématiques.

Source: Journal of Child Psychology and Psychiatry (http://onlinelibrary.wiley.=)
publié le : 05/06/2014 , mis à jour le 04/06/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci