Quand sa femme réussit, l’homme est perturbé

Dernière mise à jour: décembre 2013
123-p-koppel-bed-psy-prob-170-10.jpg

news Même s’ils ne le reconnaissent pas ouvertement, les hommes ont tendance à vivre assez difficilement le succès de leur partenaire : leur estime est ébranlée.

Ceci ne concerne pas tous les hommes, ne signifie pas que ceux qui sont concernés vont le vivre comme un drame et ne veut pas dire qu’ils souhaitent que leur compagne échoue dans ses entreprises. Il n’empêche : chez beaucoup, il y a comme un malaise, lié au fait qu’inconsciemment, les messieurs évaluent (en partie…) l’estime d’eux-mêmes au regard des réussites et des échecs de leur partenaire.

Chez les femmes, c'est tout le contraire


Cette équipe de psychologues, attachés aux universités de Floride et de Virginie, a souhaité mieux comprendre tout cela. Lors d’une première expérience, plusieurs dizaines de couples ont été invités à passer des épreuves de résolution de problèmes et d’intelligence sociale. Chaque participant a été informé des résultats du conjoint. Tout de suite après, ils ont réalisé des tests destinés à évaluer l’auto-estime implicite (« ressentie », pour le dire comme cela) : il s’agissait d’associer très rapidement, sur ordinateur, le terme « moi » et des qualificatifs positifs ou négatifs. Résultat : lorsqu’un homme sait que sa femme a obtenu de meilleurs résultats que lui aux épreuves, son auto-estime implicite est écornée. Ajoutons que ce n’est pas le cas de l’auto-estime explicite, celle qui est ouvertement déclarée.

Une seconde expérience a été conduite sur un groupe d’un millier de personnes, à qui on a demandé de se rappeler un événement marqué par la réussite ou par l’échec du partenaire. Les mêmes tests de mesure de l’estime de soi ont été réalisés. Les chercheurs observent d’abord que les résultats sont similaires à ceux de la première expérience, et ensuite que « la réaction inconsciente des hommes est d’autant plus forte qu’ils ont eux-mêmes échoué là où leur partenaire a réussi ». Chez les femmes, c’est tout le contraire : elles déclarent se sentir mieux lorsqu’elles pensent à un moment de succès de leur conjoint plutôt qu’à un échec.

Source: Journal of Personality and Social Psychology (http://www.apa.org/pubs/jou)
Le don de temps sauve des vies ! Le don de temps sauve des vies !
Pfizer Clinical Research Unit

Participez à une étude clinique et bénéficiez d’une compensation financière moyenne de 215 euros par jour.

Cliquez ici pour plus d’infos !
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram