ad

Un ami, c’est comme nous-mêmes

Dernière mise à jour: août 2015 | 6166 visites
123-vriend-eten-restaurant-170-11.jpg

news L’amitié, la vraie, se traduit par un phénomène d’intériorisation de l’autre, qui fait alors partie de notre identité.

Un ami, c’est pour la vie, on peut tout partager, on peut tout comprendre, on peut tout se pardonner. Et si cette relation nous renvoyait à nous-mêmes ? Cette piste a été explorée par des psychologues de l’université de Virginie.

Ils ont d’abord réalisé une expérience incluant des jeunes adultes, qui ignoraient tout des objectifs réels de cette étude. Le principe a consisté à les menacer de chocs électriques, soit sur leur personne, soit sur un ami (que les participants devaient au préalable désigner), soit sur un individu qui leur était inconnu. L’activité cérébrale des participants a été observée en temps réel par imagerie fonctionnelle (IRMf).

Et que constate-t-on ? Que les régions du cerveau impliquées dans la réponse au danger réagissent exactement de la même manière, avec la même intensité, lorsque la menace est dirigée contre soi-même ou contre un ami, et beaucoup plus faiblement quand elle concerne un inconnu.

Les auteurs en déduisent donc que la capacité du cerveau à s’identifier aux autres, et à identifier les autres comme faisant partie de nous, suscite et renforce au fil des temps les liens d’amitié. Jusqu'à devenir indestructibles.

Source: Social Cognitive and Affective Neuroscience (http://scan.oxfordjournals.)
publié le : 17/11/2013 , mis à jour le 06/08/2015
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci