L’anxiété électrise le cerveau des femmes

Dernière mise à jour: octobre 2012
123-vr-psych-angst-bang-170_08.jpg

news Dans une situation d’anxiété, le cerveau des femmes ne réagit pas de la même manière que celui des hommes : son activité est décuplée.

Une équipe de psychologues de l’université d’Etat du Michigan a observé ce processus auprès d’un groupe d’étudiants (une septantaine d’hommes et autant de femmes). Les volontaires ont été invités à résoudre des tests (des casse-tête de lettres) de plus en plus complexes, avec auto-évaluation du niveau d’anxiété et pendant que leur activité cérébrale était enregistrée.

Premier constat : les filles ont réussi les tests aussi bien que les garçons. Mais une grande différence a été constatée entre ceux et celles qui exprimaient la plus forte anxiété : chez les hommes, le cerveau continuait à « procéder » à une intensité plus ou moins constante ; alors que celle-ci s’accentuait considérablement chez les jeunes femmes.

Les auteurs de ces recherches en déduisent que le cerveau féminin (ils suggèrent une piste hormonale) répond de manière singulière dans un contexte anxiogène, en ayant à se mobiliser beaucoup plus intensément pour faire face à la situation, et la surmonter. Ces données pourraient contribuer à la mise au point de nouveaux modes de détection et de prise en charge des troubles anxieux, notamment chez les jeunes filles.

Un article sur le sujet a été publié dans la revue « International Journal of Psychophysiology ».

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.