Les « coups fantômes » : sentir bébé bouger... quand on n'est plus enceinte !

Dans cet article
Les « coups fantômes » : sentir bébé bouger... quand on n'est plus enceinte !

dossier

Une étude publiée fin 2019 s'est penchée sur les sensations de coups que les mères éprouvaient des mois voire des années après avoir eu leur dernier enfant. D'où viennent ces sensations ? Pourquoi et comment se manifestent-elles ? Découverte d'un syndrome aussi banal qu'étrange.

Vous êtes assise sur votre canapé, en train de regarder un film, quand soudain, bim, vous sentez un petit coup, et encore un autre. Vous en sursauteriez presque, mais ça n'est pas la première fois que ça vous arrive. Depuis votre dernière grossesse, vous avez eu des sensations très similaires à celles que vous ressentiez quand vous étiez enceinte, et que votre bébé se manifestait dans votre ventre. Entre petits coups, "chatouilles" ou sensations que quelque chose se déplace doucement... Il vous est même arrivé de douter. Serais-je enceinte sans le savoir ? Non vous n'êtes pas seule, non vous n'êtes pas folle. Ce que vous ressentez est en fait même plutôt courant.

Voir aussi l'article : Témoignage | Le syndrome du ventre vide, "cette sensation de vide, immense, implacable"

Les phantom kicks : quand les femmes sentent encore leur bébé bouger

Getty_buik_nagels_lichaam_vrouw_2022.jpg
Une étude, menée par Disha Sasan et six de ses collègues chercheurs, de l'université Monash en Australie, a été publiée en novembre 2019. Elle est la première à rapporter ce phénomène dans la littérature scientifique.

Les chercheurs ont interrogé 197 femmes. L'étude Les "coups fantômes" : L'expérience subjective des coups de pied du fœtus chez les femmes après la période post-partum révèle que 40% des femmes interrogées ont eu des sensations, entre "vrais coups de pieds" et "palpitations", sur une durée moyenne de 6,8 ans. L'une des femmes interrogées déclare avoir clairement ressenti ces coups fantômes jusqu'à 28 ans après sa grossesse.

Sur cet échantillon de femmes, 25% d'entre elles ont déclaré trouver cela agréable, positif, quand 27% d'autres ont dit être confuses et bouleversées. "Nos résultats montrent que les coups de pied fantômes dans la période post-partum sont une sensation largement vécue, qui peut avoir un impact sur la santé mentale d'une femme après l'accouchement. Le mécanisme du phénomène des coups de pied fantômes est inconnu, mais il pourrait être lié à des modifications de l'homonculus somatosensoriel (les zones cérébrales liées à la sensibilité du corps, NDLR) ou de la proprioception (perception de la position des différentes parties du corps, NDLR) pendant la grossesse."

Susan Ayers, de l'université City de Londres, a commenté l'étude en relativisant le chiffre de 40%. Impossible, selon elle, d'avoir une idée globale d'un pourcentage de femmes "touchées" par ce syndrome. En effet, les personnes concernées sont plus susceptibles d'avoir répondu volontiers à l'enquête.

Interrogée par la revue Cerveau & psycho, la doula Hélène Rock avait évoqué ce syndrome, dans un post Facebook relayé 600 fois. Elle explique dans des posts sur Facebook et Instagram ses sensations, celles des femmes qu'elle accompagne, et fait part de cette nouvelle étude, qu'elle vulgarise parfaitement.

Voir aussi l'article : En vidéo | Le diastasis, qu'est-ce que c'est et comment le traiter?

À quoi sont dus ces coups de pied fantômes ?

minimi_zwangerschap_buikpijn_maandstonden.jpg
On ne sait pas (encore) vraiment! Il y a, en fait, trois hypothèses.

  • La première, c'est celle liée à cette histoire de perception du corps par le cerveau (proprioception...). En fait, c'est comme si votre cerveau s'habituait aux mouvements de votre bébé, les imprimait, pour les exprimer à nouveau. Un peu comme le fameux syndrome du membre fantôme.
  • La deuxième concernerait les femmes en post-partum (quelques semaines/mois après la grossesse) : les jeunes mères confondraient les contractions de l'utérus, toujours en train de "reprendre sa forme" initiale, des semaines après la naissance.
  • Enfin, troisième hypothèse : avant une grossesse, les femmes sont peu sensibles aux mouvements et sensations utérines. Après une grossesse, elles seraient tout simplement plus sensibles à ces sensations plus reconnaissables qu'auparavant. En résumé, c'est un peu comme si elles avaient pris conscience de leur utérus.

Une quatrième hypothèse ?

Comme certain.e.s commentateurs.rices du post d'Hélène Rock sur le sujet, on pourrait aussi légitimement se demander si, ce qu'on prend pour des mouvements utérins, ne seraient pas tout bonnement des contractions et mouvements des intestins ou autre partie du tube digestif, auxquels on serait plus sensibles. Comme l'utérus, serait-il possible que ces organes aient été marqués par les mouvements de bébé, quand ce petit colocataire prenait toute la place et nos organes pour un punching ball ? Après tout, enceinte, on a souvent confondu les mouvements de bébé avec notre transit intestinal. Encore un mystère de la science à éclaircir...

Voir aussi l'article : Pourquoi ce ventre qui gargouille ?

auteur : Amélie Micoud - journaliste santé

Dernière mise à jour: novembre 2022
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram