Trouble du spectre autistique : qu'est-ce que l'autisme ?

Dans cet article
Trouble du spectre autistique : qu'est-ce que l'autisme ?

dossier

L'autisme - aujourd'hui on parle de trouble du spectre de l'autisme (TSA) - est un trouble du développement complexe qui dure toute la vie. Une personne autiste peut avoir des difficultés avec les compétences sociales, la communication, les relations et l'autorégulation. C'est un trouble à large spectre, ce qui signifie qu'il se manifeste de différentes manières et à des degrés divers. Bien qu’il n’y ait pas de cause claire au développement de ce trouble, un diagnostic rapide permet d’offrir au patient le soutien dont il a besoin et de lui assurer la meilleure qualité de vie possible.

Voir aussi l'article : Trouble du spectre de l’autisme (TSA) : les symptômes et facteurs de risque

Caractéristiques de l'autisme

Getty_autisme_kind_2022.jpg

© Getty Images

Une personne autiste traite les informations différemment. Elle appréhende donc le monde autrement. Elle sélectionne trop de stimuli ou les juge mal et enregistre donc d’autres informations que les autres.

Cette personne peut donc être trop ou trop peu sensible à certains stimuli comme le bruit, l’odeur ou le toucher. Il lui est également plus difficile de comprendre les concepts abstraits. Elle perçoit aisément les détails mais éprouve du mal à avoir une vue d’ensemble. Cette différence a des conséquences sur certains domaines du développement. Le DSM-5 caractérise l’autisme selon les critères suivants :

  • Différences persistances dans la communication, les relations avec les autres et l’interaction sociale dans différents environnements.

Cela peut se traduire par des schémas d’élocution atypiques ou une propension au silence, une difficulté à comprendre la communication non-verbale, à se faire des amis et à les conserver, à entretenir des conversations normales.

  • Comportement, activités et intérêts limités et/ou répétitifs

Les principales caractéristiques sont l’émission de bruits ou de sons répétitifs (écholalie), un besoin de routine assorti de difficultés à s’en extirper (intolérance aux changements), des mouvements répétitifs, des intérêts rigides ou très limités et intenses, une hypersensibilité ou au contraire une insensibilité à différents stimuli sensoriels.

Beaucoup d’adultes autistes développent au cours de leur vie des mécanismes leur permettant de camoufler et de compenser leur problème. L’autisme n’est donc pas toujours aisé à dépister.

Voir aussi l'article : Les troubles de l’apprentissage et du neurodéveloppement

Un fonctionnement différent

Le cerveau de ces personnes fonctionne autrement mais cela ne signifie pas qu’elles sont confrontées à des limites ou à des problèmes. Elles peuvent retirer un avantage de ce fonctionnement différent. Les autistes ont parfois des talents particuliers.

Dans la mesure où ces personnes restreignent le champ de leurs intérêts et de leurs activités, elles sont en mesure de travailler avec une grande concentration et d’approfondir les thèmes qui leur sont chers. Elles disposent en outre d’un raisonnement extrêmement analytique et elles remarquent rapidement les détails. Elles sont habituellement très loyales, créatives et s’en tiennent strictement aux règles et à leurs engagements.

Voir aussi l'article : TDAH et TSA : un test de la rétine pour améliorer le diagnostic

Vivre avec un TSA

Il existe donc des différences de gravité de l’atteinte, des limites et des qualités. Il est essentiel que chacun puisse mener une existence aussi indépendante et riche que possible et puisse participer à la vie sociale. L’appréhension de l’autisme doit donc être adaptée à la personne et à son entourage. Plusieurs formes de soutien sont envisageables : 

  • Psycho-éducation et approche éducative. il s'agit d'enseigner les habiletés sociales tout en traitant les problèmes psychologiques liés à l’autisme (par exemple la dépression ou l’angoisse). Il est important de fournir à la personne atteinte un environnement structuré et un bon soutien communicatif.
  • Thérapie comportementale cognitive : il s’agit d’une forme de psychothérapie destinée à gommer les comportements inadéquats et à enseigner les bons.  Cette thérapie met l’accent sur l’interaction de la personne autiste avec son entourage. 
  • Médication : les médicaments peuvent être nécessaires pour combattre certains problèmes psychiques comme le comportement compulsif, l’agressivité, la  dépression ou l’anxiété.

Voir aussi l'article : TDAH et TSA : un test de la rétine pour améliorer le diagnostic

Sources :
autismevlaanderen.be
www.zorgwijzer.nl
www.autism-society.org

auteur : Sara Claessens - journaliste santé

Dernière mise à jour: novembre 2022
Donnez le meilleur de vous-même et participez à une étude clinique Donnez le meilleur de vous-même et participez à une étude clinique
Pfizer

Vous avez accouché il y a au moins 12 semaines ? Vous allaitez votre bébé et acceptez d’interrompre temporairement (4,5 jours) ? Alors nous avons-besoin de vous !

Voyez ici comment vous pouvez contribuer
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram