ad

Couples et célibataires : comment la Covid-19 a changé la sexualité

Dernière mise à jour: mars 2021 | 3471 visites
123m-koppel-bed-slapen-19-6-20.jpg

news Les mesures restrictives imposées par la pandémie de Covid-19 et la peur de l’infection par le coronavirus ont influencé le comportement sexuel d’une partie importante de la population. Comment les choses ont-elles changé ?

Distanciation sociale, limitation des sorties et des déplacements, couvre-feu, fermeture des espaces sociaux et de loisirs, télétravail, confinement, port du masque, peur de la contagion, anxiété face à une situation difficile qui perdure… : l’influence de la crise Covid-19 sur la santé psychologique est associée à de nombreux paramètres. Et parmi les aspects importants de l’existence qui ont été perturbés, il y a la sexualité. Une équipe italienne (Sapienza Università di Roma) a analysé les études les plus significatives publiées ces derniers mois sur le sujet. Des enseignements importants sont mis en évidence.

Le désir sexuel

On observe une très forte augmentation (quasiment le double) du nombre de femmes souffrant de dysfonctionnement sexuel. Pour près de la moitié d’entre elles, la baisse du désir sexuel est liée au stress engendré par la pandémie. La fréquence des rapports sexuels a connu une baisse significative, tant chez les hommes que chez les femmes, ce qui s’explique par les effets psychologiques de la crise, mais aussi par ses répercussions « pratiques » dans la vie quotidienne.

Le confinement

Dans bien des cas, le fait de devoir passer ses journées en permanence l’un à côté de l’autre a exacerbé les tensions au sein du couple, avec des émotions négatives qui ont perturbé la sexualité. Un autre point, c’est la présence constante des enfants au plus fort des mesures de confinement, ce qui a réduit les possibilités de s’accorder des moments d’intimité.

Les relations extraconjugales

Elles sont devenues bien plus compliquées, tant en ce qui concerne les relations occasionnelles que les liaisons de plus longue durée. On sort moins, on se rend moins au bureau (voire plus du tout), on ne plus aller au café ou au restaurant… : les opportunités d’être infidèle se réduisent.

Internet

Un des grands gagnants de la crise. Pour les couples éloignés géographiquement en raison du confinement, Internet a permis de poursuivre des relations sexuelles virtuelles. La pratique du sexe en ligne a connu un réel succès, tout comme la fréquentation des sites pornographiques.

La masturbation

Alors que les possibilités de relations sexuelles entre partenaires se réduisaient, la pratique de la masturbation a gagné en fréquence. On constate que l’usage des sextoys s’est répandu, singulièrement chez les femmes, parmi lesquelles beaucoup en ont acheté un pour la première fois durant la pandémie.

Les jeunes

L’isolement a aussi été sexuel. La pratique de la masturbation en visionnant des vidéos pornos a sensiblement augmenté dans cette tranche d’âge, tout comme la participation à des séances érotiques par webcam et l’envoi de SMS- - textos sexuels (sexting).

Comme l’explique Le Monde, « les auteurs insistent sur un point : le besoin de relations sociales, d’amour, de flirt et d’expression sexuelle demeure. Pour y parvenir, ils soulignent le rôle important d’Internet qu’ils considèrent comme un outil permettant d’améliorer la santé sexuelle dans ce scénario Covid-19 ».

Voir aussi l'article : Sexualité du couple : que faire contre la routine ?

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub