ad

E-cigarette : pourquoi il faut vraiment arrêter de fumer du tabac

Dernière mise à jour: février 2021 | 2010 visites
123-man-roken-baard-sigaret-12-16.jpg

news Beaucoup de fumeurs utilisent la cigarette électronique pour diminuer la consommation de cigarettes classiques, mais ils n’ont cependant pas abandonné le tabac. Cet usage mixte est loin d’être idéal.

Même si le fait de ne fumer que relativement peu de « cigarettes tabac » n’est certainement pas sans danger, il est assez compréhensible que plus la quantité augmente, plus le risque pour la santé s’élève. Dans cette perspective, de nombreux usagers de l’e-cigarette la considèrent comme un substitut partiel du tabac, en estimant que la combinaison des deux est préférable au tabagisme seul.

Un sentiment faussement rassurant

Une équipe américaine (université de Boston) a examiné ce qu’il en était. Les chercheurs ont analysé des données concernant quelque 7000 adultes : 58% de non-fumeurs, 30% de fumeurs de « cigarettes tabac » uniquement, 10% de fumeurs et vapoteurs en même temps, et 2% de vapoteurs exclusifs. L’intention consistait à évaluer les biomarqueurs révélateurs de l’inflammation et du stress oxydatif, deux éléments cruciaux associés au risque cardiovasculaire.

Le résultat est particulièrement révélateur, puisqu’il s’avère que les personnes qui combinent l’e-cigarette et le tabac présentent des paramètres équivalents à celles qui fument uniquement du tabac. Et dans les deux cas, la situation est considérablement plus défavorable que chez les non-fumeurs ou les vapoteurs exclusifs.

Une limitation de cette étude : elle ne quantifie pas le nombre de cigarettes que continuent à fumer les vapoteurs. Autrement dit, on peut penser que le vapoteur qui fume deux ou trois « cigarettes tabac » par jour s’expose à une menace cardiovasculaire plus faible que celui qui en grille une vingtaine. Les auteurs ajoutent en substance : « Si la cigarette électronique est utilisée pour arrêter de fumer, il est nécessaire de stopper complètement et immédiatement le tabac, car le fait de continuer à fumer instaure une routine dont il est difficile de sortir, avec en plus le sentiment faussement rassurant que la santé s’en porte mieux ».

Voir aussi l'article : Dépendance et risques du tabac : les petits fumeurs sont-ils protégés ?

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub