Couple : les tensions s’apaisent avec l’âge

Dernière mise à jour: mars 2019 | 5203 visites
123-koppel-oud-picknick-9-14.jpg

news Au fur et à mesure que les années passent, la relation au sein du couple tend vers des comportements marqués par les émotions positives.

Insistons d’emblée sur le fait que ces observations ne prétendent pas refléter une évolution générale et systématique au sein des couples. Il s’agit d’une tendance, qui peut être nuancée par les situations individuelles. Comment cette équipe américaine (université de Californie) a-t-elle procédé ? Elle a d’abord constitué deux groupes représentatifs de couples américains, avec des partenaires âgés entre 40 et 50 ans, mariés depuis au moins 15 ans, ou entre 60 et 70 ans, mariés depuis au moins 35 ans.

Le suivi a débuté voici une vingtaine d’années. A intervalles réguliers, les couples ont été invités à entretenir une conversation d’une quinzaine de minutes, pendant laquelle ils devaient évoquer les désagréments et les désaccords associés à leur mariage. Les échanges ont été filmés, analysés et codés sur base de critères objectifs : expression faciale, langage corporel, contenu et ton des propos… Que constate-t-on, tant chez les hommes que chez les femmes ?

• Le comportement émotionnel négatif a tendance à s’estomper avec l’âge : agressivité, attitude défensive, crainte, tension, critique…

• Avec les années qui passent, le comportement émotionnel positif a tendance à se renforcer : humour, enthousiasme, acceptation…

Ce processus est indépendant de l’évolution de la satisfaction relationnelle, ce qui signifie qu’il intervient même si la situation se dégrade, et en tout cas ne s’améliore pas. Les chercheurs indiquent que leurs observations confirment les conclusions de travaux antérieurs, portant notamment sur le bénéfice du mariage pour la santé mentale, renforcé par l’âge qui avance et le temps qui passe…

Source: Emotion (www.apa.org/pubs/journals/e)
publié le : 08/03/2019 , mis à jour le 07/03/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci