ad

Rupture de la rate : causes, symptômes et traitement

Dernière mise à jour: mars 2016 | 210464 visites
Dans cet article
Rupture de la rate : causes, symptômes et traitement

dossier La rate est située sur le côté supérieur gauche de l'abdomen, près de l’estomac. C’est un organe fragile, richement vascularisé, qui peut se rompre en cas de traumatisme violent ou suite à une maladie, ce qui peut provoquer une hémorragie interne sévère, voire fatale. Que faut-il savoir sur la rupture de la rate, ses causes, ses symptômes et son traitement ?

Concernant la fonction de la rate, elle participe au système immunitaire (le système de défense de l'organisme), et en particulier contre les agressions bactériennes. Elle intervient aussi dans la purification du sang, puisqu'elle élimine les globules rouges devenus inopérants, ainsi que des débris cellulaires.

Les causes

123-milt-maag-3-29.jpg
La rate peut se déchirer ou se rompre pour plusieurs raisons.

Un traumatisme

La cause la plus courante d'une rupture de la rate est un traumatisme abdominal suite à un coup violent (accident de la route, pratique d’un sport, chute, bagarre...).

Une maladie

Les causes non traumatiques sont moins fréquentes, mais elles existent néanmoins : une maladie infectieuse (mononucléose, hépatite, paludisme), une maladie du sang ou un cancer (leucémie, cancer des ganglions lymphatiques), une affection inflammatoire (polyarthrite rhumatoïde) ou une affection touchant le système immunitaire.

Les symptômes

123-buik-pijn-darm-9-7.jpg
En fonction de l'ampleur de la déchirure, l'écoulement de sang dans l'abdomen (hémorragie) sera plus ou moins rapide et abondant.

Le signe le plus caractéristique est la douleur violente, qui pousse le patient à s'allonger en chien de fusil pour essayer de la calmer. En cas de lésion légère et/ou si la capsule qui entoure la rate est encore intacte, la douleur peut être discrète et ne se manifester qu'après plusieurs jours. C'est la raison pour laquelle en cas de doute après avoir reçu un coup violent dans cette partie du corps, il est utile de procéder à un examen médical.

Quels sont les autres signes ?

• la douleur irradie vers l’épaule gauche et le cou (signe de Kehr)
• le ventre est gonflé et tendu
• l'état de choc : lié à la chute de la pression artérielle et à l'insuffisance d'irrigation sanguine vers le cerveau et le coeur
• des vertiges, une vision trouble, une transpiration excessive, un essoufflement, de la pâleur, une augmentation de la fréquence cardiaque ou une perte de connaissance

Au moindre doute, il est indispensable d'appeler les urgences.

Le diagnostic

Il repose d'abord sur l'examen clinique, avec une évaluation des symptômes.

Le médecin prête une attention toute particulière au pouls et à la pression artérielle, ainsi qu’à des signes extérieurs indiquant une possible lésion interne (marque de la ceinture de sécurité en cas d'accident de la route, par exemple).

Ensuite, en fonction des circonstances et de l’état du patient, des examens plus approfondis détermineront la localisation exacte et la gravité de la lésion.

• radiographie de l’abdomen et de la poitrine
• échographie
• scanner de l’abdomen avec produit de contraste
• prise de sang
• intervention chirurgicale exploratrice d'urgence

Le traitement

dr-chir-op-170_560_05.jpg
Le traitement dépend de divers facteurs : la cause de la lésion de la rate (blessure par arme blanche, coup de poing, maladie...), la gravité de la lésion, l’importance de l'hémorragie, le fait que d'autres organes soient touchés (foie, rein...), l'état du patient (pouls et pression artérielle stables ou non, perte de connaissance...).

En cas de lésion légère, avec peu de symptômes et un état général satisfaisant, le médecin décide dans la plupart des cas de surveiller l'évolution et d'attendre que la rate se répare d'elle-même. La surveillance se déroule en milieu hospitalier pendant quelques jours. Si besoin, une transfusion sanguine peut être envisagée. A la sortie de l’hôpital, le patient devra éviter les efforts physiques pendant plusieurs semaines.

La chirurgie intervient dans les cas plus sévères. La splénectomie - l'ablation de la rate - n'est pas forcément nécessaire. Certaines techniques réalisées par coelioscopie ou laparotomie permettent de stopper l'hémorragie et de consolider la rate, sans devoir procéder à son retrait. L'embolisation permet de fermer (par une méthode mécanique ou chimique) l'artère par laquelle se produit le saignement.

La splénectomie (partielle ou totale) est indiquée en cas de lésion grave. La rate est un organe utile, mais pas vital, en ce sens qu'on peut vivre sans rate. Le foie peut remplir le rôle de recyclage des globules rouges et les ganglions peuvent se substituer à la rate pour produire des globules blancs. Toutefois, des précautions devront être prises par le patient et il devra se faire vacciner de manière très minutieuse contre le risque infectieux, comme la pneumonie.


publié le : 31/03/2016 , mis à jour le 31/03/2016
ad
pub