ad

Pourquoi la musique triste nous fait du bien

Dernière mise à jour: juin 2019 | 10436 visites
123-p-vr-musiek-170-1.jpg

news C’est paradoxal, mais lors d’un coup de blues, ou d’une vraie déprime, beaucoup d’entre nous écoutent de la musique triste plutôt que joyeuse. En fait, cela contribue à remonter le moral.

Et ce comportement est universel, comme le montre cette étude réalisée par des chercheurs de l’université de Berlin. Ils ont interrogé (en ligne) un millier de personnes réparties aux quatre coins du monde. L’analyse des réponses indique que la musique triste participe à la régulation des émotions et de l’humeur négatives, et joue un rôle de consolation.

En fait, elle suscite des sentiments partiellement positifs, et en premier lieu la nostalgie, suivie par l'apaisement (sérénité, paix intérieure), la tendresse, la mélancolie, l'introspection, l'émerveillement ainsi encore que la transcendance. Ces émotions se mêlent à la tristesse et permettent de l’apaiser, de l’atténuer, de l'évacuer, en tout cas l’espace d’un moment.

De fait, ce bénéfice émotionnel – en cas de déprime ou pas – est identifié comme la première motivation pour écouter de la musique triste. Une multitude de mélodies (musique classique ou contemporaine) ont été citées par les répondants. On mentionnera, parmi beaucoup d'autres : Sonate au clair de lune (Beethoven), Hurt (Johnny Cash), Yesterday (Beatles), Hallelujah (l’interprétation de Jeff Buckley), Nothing Compares 2 U (Sinéad O’Connor), The Sound of Silence (Simon & Garfunkel) ou Mistral Gagnant (Renaud).

MusiqueTriste3a.jpg

La nostalgie, l'apaisement (la paix intérieure) et la tendresse : ces sentiments sont les plus fréquents lorsqu'on écoute une musique triste.

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub