ad

Grossesse et repas de fête : un minimum de prudence

Dernière mise à jour: novembre 2016 | 3791 visites
123-familie-kalkoen-eten-170-12.jpg

news Pour les femmes enceintes, qui doivent évidemment profiter comme tout le monde des plaisirs des repas de fête, certaines précautions spécifiques sont cependant nécessaires afin d'éviter des (sérieux) désagréments.

Il s'agit en fait de prévenir les intoxications alimentaires d'origine bactérienne (salmonellose, listériose...) et de limiter le risque de contracter une infection virale (hépatite A) ou parasitaire (toxoplasmose), avec mise en danger de la santé de la maman comme de celle de son enfant.

A quoi faut-il faire attention ?


A l'alcool, qui ne présente pas de risque infectieux, bien entendu, mais qui est à déconseiller.

Aux amuse-gueules et aux entrées composés de viande ou de poisson crus ou contenant du lait non pasteurisé. Méfiance avec le carpaccio de boeuf ou de Saint-Jacques, le tartare de saumon, le mi-cuit de thon rouge ou le chèvre au lait.

Aux plats : les aliments (surtout la viande) doivent avoir été parfaitement cuits. Prudence avec les crudités, les rillettes et les pâtés, la farce de la volaille, les crustacés (en particulier les huîtres), les préparations à base d'oeufs (comme la mayonnaise maison).

Le foie gras froid mais cuit ne posera pas de problème. Il en va autrement du foie gras poêlé, mi-cuit.

Aux desserts : ici aussi, les préparations avec du lait non pasteurisé et des oeufs crus sont à éviter.

Aux fromages : les variétés à pâte molle (brie, camembert) sont déconseillées, comme celles au lait cru, ainsi que les chèvres non pasteurisés et les bleus. Un comté ou du parmesan ne posent pas de problème.

Source: B. Simon
publié le : 21/12/2013 , mis à jour le 23/11/2016
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci