Dépression, insomnie, suicide : la spirale infernale

Dernière mise à jour: avril 2013
123-slapen-vr-wekker.jpg

news L’insomnie est identifiée comme un facteur de risque de suicide. La personne est entraînée dans une spirale infernale.

En fait, les pensées deviennent de plus en plus négatives, de plus en plus irréalistes, nous disent ces chercheurs de l’université de Géorgie (Etats-Unis). Et un élément paraît intervenir de manière cruciale : l’espoir perdu de retrouver le sommeil. Les psychiatres ont interrogé plusieurs dizaines de patients, âgés de 20 à 80 ans, suivis en milieu hospitalier en raison d’une dépression majeure, avec pour la moitié d’entre eux une tentative de suicide.

Des questions très précises leur ont été posées, afin de cerner leur relation au sommeil, ou plutôt à l’insomnie et aux cauchemars. Les pensées dysfonctionnelles (du type, donc, « Je ne parviendrai plus à me rendormir ») apparaissent comme un puissant indicateur du risque de suicide. Les auteurs insistent auprès de leurs confrères médecins sur l’importance de considérer les troubles du sommeil comme une cible thérapeutique majeure lors de la prise en charge d’un patient dépressif ; sachant que, parfois, ces plaintes passent au second plan.

[Source : Journal of Clinical Sleep Medicine]

Le don de temps sauve des vies ! Le don de temps sauve des vies !
Pfizer Clinical Research Unit

Participez à une étude clinique et bénéficiez d’une compensation financière moyenne de 215 euros par jour.

Cliquez ici pour plus d’infos !
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram