Erythème fessier : comment soulager bébé ?

dossier

Au contact des couches, la peau fine et fragile de bébé peut vite s’irriter et c’est l’érythème fessier, inconfortable et parfois même douloureux. En adoptant de nouvelles habitudes au moment du change, tout rentrera rapidement dans l’ordre.

Plus d’un bébé sur deux souffre de fesses rouges

Irritations et rougeurs du siège touchent plus d’un enfant sur deux durant la première année. Elles s’expliquent par la fragilisation de la peau due au frottement des couches et à la macération des selles et des urines. Une hygiène mal adaptée peut donc entretenir le phénomène. Une diarrhée, une poussée dentaire ou une infection ORL peuvent également être en cause. Habituellement sans gravité, l’érythème fessier risque toutefois de s’étendre et de se surinfecter en quelques jours s’il n’est pas correctement pris en charge. Dans ce cas, il faudra consulter un pédiatre. Mais le plus souvent, quelques mesures simples suffisent.

Voir aussi l'article : Diarrhée de l’enfant : que faire ?

La priorité : lutter contre l’humidité

123-cl-up-baby-bed-08-19.jpg

L’un des principaux facteurs de l’érythème fessier, c’est la macération. La priorité est donc de maintenir les fesses de bébé aussi propres et sèches que possible. Pour cela, changez ses couches au moins toutes les 2 heures et laissez-lui les fesses à l’air libre le plus souvent possible. Le reste du temps, fixez ses couches de façon lâche afin que l’air puisse circuler. Pendant quelques jours, une alèse vous sera d’un grand secours.

Au moment du change, inutile de multiplier les produits de toilette. Voulant bien faire, vous risquez de décaper le film hydrolipidique qui protège sa peau. Contentez-vous de rincer ses fesses avec un coton imbibé d’eau tiède. Réservez le savonnage avec un syndet ou un produit surgras aux selles particulièrement salissantes et à son bain quotidien. Une fois ses fesses propres, séchez-les très soigneusement. Ne frottez pas mais tamponnez délicatement, en insistant sur les plis. Même si c’est parfois conseillé, oubliez le talc et le sèche-cheveux, responsable de brûlures accidentelles.

Une barrière protectrice

Une fois ses fesses bien sèches, si les rougeurs sont légères et peu étendues, appliquez une pommade spécifique « spéciale change » à base d’oxyde de zinc qui permettra d’isoler la peau du contact acide des urines et des selles, préviendra le développement des bactéries et favorisera la disparition des rougeurs et des irritations. Si les symptômes sont plus marqués ou que la peau commence à suinter, appliquez sur les lésions 2 ou 3 fois par jour de l’éosine aqueuse en unidose puis recouvrez-les d’une bonne couche de pommade dite « pâte à l’eau » ou de crème à base d’oxyde de zinc. Ces produits protègeront sa peau délicate du contact acide des urines et des selles tout en prévenant le développement des bactéries. Généralement, ces mesures suffisent à prévenir le retour des irritations. Si ce n’est pas le cas, il vous faudra peut-être envisager de changer de marque de couche. Toutes se valent mais elles ne conviennent pas forcément à tous les bébés. Et le changement de marque permet d’avoir des zones de frottement différentes selon la découpe.

Voir aussi l'article : Bébé : langes lavables ou jetables ?

Quand consulter ?

Si l'érythème résiste aux mesures simples d'hygiène et s'il s'étend, surtout après avoir débuté dans les plis inguinaux, il faut consulter. Il s'agit peut-être d'une surinfection mycosique nécessitant un traitement par antifongiques. Si l’érythème récidive régulièrement, mieux vaut également faire le point avec votre médecin. Il est parfois utile de rééquilibrer la flore intestinale afin de rendre les selles moins acides. De la même façon, la consommation d’épinards, d’agrumes, de tomates peut chez certains enfants se traduire systématiquement par un érythème fessier. Il ne s’agit pas d’une allergie, simplement d’une réaction au pH des selles rendu plus acide avec ces aliments.

auteur : Aurélia Dubuc - journaliste santé

Dernière mise à jour: décembre 2021
Donnez le meilleur de vous-même et participez à une étude clinique Donnez le meilleur de vous-même et participez à une étude clinique
Pfizer

Vous avez accouché il y a au moins 12 semaines ? Vous allaitez votre bébé et acceptez d’interrompre temporairement (4,5 jours) ? Alors nous avons-besoin de vous !

Voyez ici comment vous pouvez contribuer
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram