Quand un bébé est-il considéré comme prématuré ?

dossier On estime que 7% des grossesses aboutissent à une naissance prématurée. Mais quand peut-on parler de prématurité ? Quelles peuvent être les conséquences d’une naissance avant terme ? 

Qu’est-ce que la prématurité ?

AI_prematuur_couveuse_baby_2023.jpg

La prématurité est définie par une naissance qui survient 3 semaines avant le terme, soit avant 37 semaines d'aménorrhée révolues (8 mois) au lieu de 40, soit moins de 259 jours à compter du premier jour des dernières règles. 

On distingue classiquement 3 degrés de prématurité :

  • la prématurité, entre 32 et 37 semaines d’aménorrhée
  • la grande prématurité, entre 28 et 31 semaines d’aménorrhée
  • la très grande (ou extrême) prématurité, avant 28 semaines d’aménorrhée


La survie des nourrissons né avant 23 semaines de grossesse est rare. Après 27 semaines, ils peuvent survivre sans problème neurologique.

Voir aussi l'article : Témoignage : 'La néonat’, c’est vraiment un monde à part', Elodie raconte son bébé prématuré

Quelles sont les causes d’une naissance prématurée ?

Les causes d'une naissance prématurée sont nombreuses et complexes. Dans de nombreux cas, la cause exacte n'est pas claire. Certains facteurs de risque sont néanmoins connus. En voici quelques exemples :

  • Infections ou maladies de la mère: Certaines infections, telles que les infections urinaires et les infections du col de l'utérus, peuvent être à l’origine de naissance prématurée. Des maladies chroniques telles que le diabète et l'hypertension peuvent également jouer un rôle.
  • Insuffisance cervicale (ouverture prématurée du col de l’utérus) : Un col de l'utérus faible ou abîmé par une chirurgie antérieure peut ne pas supporter le poids croissant du bébé et entraîner une naissance prématurée.
  • Une grossesse multiple : Les grossesses multiples (jumeaux, triplés, etc.) présentent un risque accru de naissance prématurée, en partie en raison de la surcharge pondérale sur l'utérus.
  • Problèmes placentaires : Un décollement placentaire ou le placenta praevia peuvent entraîner une naissance prématurée.
  • Facteurs liés au mode de vie : Le tabagisme, la consommation d'alcool ou de drogues ont tous été associés à un risque accru de naissance prématurée. Le stress intense ou un travail physique pénible peuvent également être des facteurs de risque.
  • Complications liées à la grossesse : Certaines complications, telles que la pré-éclampsie (hypertension artérielle pendant la grossesse), peuvent entraîner une naissance prématurée.
  • Antécédents : Les femmes qui ont déjà eu un accouchement prématuré ont un risque accru de vivre une naissance prématurée à nouveau.
  • Problèmes du liquide amniotique : Notamment une rupture prématurée des membranes.

Voir aussi l'article : Grossesse : pourquoi faut-il faire attention à la thyroïde ?

Voir aussi l'article : Qu'est-ce que le diabète gestationnel?

Quelles sont les caractéristiques physiques de la prématurité ?

  • Le bébé prématuré est un bébé bien proportionné et bien formé (doigts de la main et orteils, par exemple). Bien évidemment, ce qui frappe le plus dans son apparence, c'est sa taille et son poids (déterminés par la durée de la gestation et la croissance intra-utérine). Les nouveau-nés prématurés pèsent habituellement moins de 2,5 kg. Certains ne pèsent que 500 grammes. 
  • La peau présente des caractéristiques particulières : fine (les vaisseaux sanguins sous-cutanés sont bien visibles), rougeâtre (mais aussi bleue, jaune, grisâtre) et d'une consistance un peu gélatineuse (elle est recouverte de vernix caseosa, la substance cireuse qui protège la peau du foetus du liquide amniotique). Les réserves de graisse sous-cutanée sont faibles.
  • Les épaules et le dos sont recouverts d'un duvet, appelé lanugo.
  • Les organes génitaux (testicules, grandes lèvres) et les seins (mamelon, aréole) peuvent ne pas avoir atteint le terme de leur développement.
  • Le pavillon de l'oreille présente une certaine mollesse et peu de relief, ce qui ne gêne d'ailleurs pas l'audition. A ce propos, les prématurés sont très réceptifs aux sons.
  • L'enfant n'est pas en mesure de téter avant un âge correspondant à 32 semaines de grossesse. Il est nécessaire de stimuler son réflexe de succion (des tétines spéciales existent).
  • Le bébé prématuré respire rapidement avec des pauses qui peuvent durer plus de 20 secondes.
  • Le nouveau-né prématuré a une activité physique réduite et un tonus musculaire faible.

Voir aussi l'article : Stridor : pourquoi les bébés prématurés font du bruit quand il respire ?

A quels risques sont exposés les bébés prématurés ?

Les bébés prématurés nécessitent des soins médicaux spécialisés et une surveillance étroite pendant leur séjour à l'hôpital. Plus l'enfant est né prématurément, plus les risques pour sa santé sont importants (le risque de mortalité néonatale est réel). Toutefois, les avancées récentes en unité de néonatologie ont considérablement amélioré les chances de survie et les perspectives de développement pour ces bébés.

A quelles difficultés les bébés prématurés sont-ils confrontés ? 

Difficultés respiratoires

La respiration des prématurés est souvent plus rapide, plus saccadée et plus irrégulière. Outre l’immaturité des voies respiratoires, les prématurés peuvent manquer de surfactant, un liquide tapissant la face interne des alvéoles pulmonaires (petites cavités où s’effectuent les échanges gazeux). Cette substance, par ses propriétés tensio-actives, modifie l’élasticité et la rétraction des poumons. Ceci explique les cas de syndrome de détresse respiratoire(SDR), avec des difficultés à capter l'oxygène et à évacuer le CO2. 

L'apnée est un phénomène fréquent chez les prématurés et il est important de stimuler le réflexe respiratoire et de le contrôler (par monitoring cardio-respiratoire, avec déclenchement d'une alerte en cas d'apnée prolongée).

Un apport en oxygène, dans la couveuse (ou incubateur), peut être nécessaire. 

Problèmes cardiaques

Le passage de la circulation sanguine foetale à une circulation normale peut poser problème chez les prématurés. Le mode de circulation foetale peut ainsi perdurer en raison de la non-fermeture du ductus arteriosus. On parle de persistance du canal artériel, un état pathologique résultant de l’absence de fermeture du canal artériel à la naissance. Ce canal est un des dispositifs de la circulation sanguine fœtale : il joint l’aorte et l’artère pulmonaire. Le traitement consiste en une oxygénothérapie, l'administration de médicaments et une intervention chirurgicale si nécessaire.

Des troubles du rythme cardiaque (arythmie ou bradycardie) sont fréquents et expliquent l'importance du monitoring cardio-respiratoire. Une stimulation manuelle suffit généralement à rétablir un rythme cardiaque satisfaisant.

Problèmes gastro-intestinaux

Les prématurés ont un moins bon péristaltisme que les bébés nés à terme, ce qui signifie que les contractions de leur tube digestif sont moins efficaces, avec une progression plus difficile du bol alimentaire. Les émissions de selles sont plus irrégulières et les ballonnements fréquents. L'alimentation sera adaptée au degré de prématurité, avec une nourriture administrée par voie parentérale (intraveineuse), par sonde ou par biberon. Dans ces deux derniers cas, le lait maternel est parfaitement indiqué.

Voir aussi l'article : Comment nourrir un prématuré : l’approche Cue-based Feeding

Getty_prematuur_voeding_baby_2023.jpg

Problèmes hépatiques

La jaunisse physiologique (hyperbilirubinémie) est typique. Le traitement consiste en une photothérapie (le bébé est placé sous une lampe). La bilirubine est un pigment jaune, produit de dégradation des globules rouges, dont l'accumulation anormale dans le sang et les tissus déclenche un ictère (jaunisse). La bilirubine est assimilée par la peau plutôt qu'éliminée dans les selles, ce qui donne ce teint jaunâtre.

Immaturité du système immunitaire

Le système de défense de l'organisme est chargé de lutter contre les agressions, en particulier les microbes. Le prématuré souffre d'une immunité déficiente et se trouve donc en situation de grande fragilité face au risque infectieux. Ceci requiert une vigilance de tous les instants et le cas échéant une réaction rapide et énergique.

Difficultés à réguler sa température corporelle

Chez les prématurés, la régulation de la température corporelle nécessite une attention toute particulière, en raison d'une quantité modeste de tissu adipeux et d'un système de thermorégulation qui ne fonctionne pas de manière optimale. Pour prévenir de très sérieux soucis (comme l'hypothermie), il est vital de s'assurer que la température ambiante soit constante et parfaitement adaptée, et c'est notamment ce qui explique le placement en couveuse dès la naissance.

Voir aussi l'article : Méthode kangourou : des bienfaits à long terme pour les prématurés

Sources :
https://www.msdmanuals.com
https://www.inserm.fr
https://emedicine.medscape.com



Dernière mise à jour: décembre 2023
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram