L'immunothérapie locale combat le cancer en 6 jours seulement

123_kanker_cellen_2021.jpg

news

Des chercheurs ont mis au point un nouveau type de traitement permettant de guérir les cancers avancés de l'ovaire et du côlon en six jours seulement. La thérapie n'a pour l'instant été testée que sur des souris, mais les premiers résultats sont prometteurs. Des essais cliniques sur l'homme pourraient être réalisés d'ici la fin de l'année.

Le traitement consiste à implanter dans l'organisme de minuscules billes libérant une dose élevée et continue d'interleukine-2 (IL2), un composé naturel qui incite les globules blancs à lutter contre le cancer. "Les billes fonctionnent comme une usine de médicaments. Chaque jour, elles fabriquent une nouvelle dose, là où elle est nécessaire, jusqu'à ce que le cancer soit éliminé", explique le bioingénieur Omid Veiseh de l'université Rice au Texas. "Une fois que nous avons déterminé la bonne dose - en d'autres termes, le nombre d'usines nécessaires - nous avons pu éradiquer les tumeurs chez 100 % des animaux atteints de cancer de l'ovaire et chez sept animaux sur huit atteints de cancer colorectal."

Un traitement mieux ciblé et donc mieux toléré

L'interleukine-2 fait partie d'un groupe de protéines appelées cytokines déclenchant le système immunitaire. L'immunothérapie à base de cytokines est déjà utilisée notamment dans le traitement du cancer de la peau et du cancer du rein. Problème : en combattant les tumeurs, des réactions inflammatoires dangereuses peuvent se produire ailleurs dans le corps. Dans cette étude, les billes ont été implantées dans le péritoine, une sorte de sac entourant les intestins, les ovaires et d'autres organes abdominaux. Cela permet de cibler spécifiquement les médicaments sur le cancer et donc de limiter l’impact sur le reste de l’organisme. De la même façon, la dose d'interleukine-2 utilisée ici serait trop toxique si elle était administrée par perfusion. Mais d'après les tests, la concentration de la protéine ailleurs dans le corps est environ 30 fois plus faible qu'à proximité de la tumeur.

Voir aussi l'article : VIH : Une femme guérit du sida grâce à une greffe de cellules souches

Des essais cliniques prometteurs

Selon la chercheuse Amanda Nash, ce type de thérapie, dans laquelle les billes implantées agissent comme des usines de médicaments locaux, peut également être utilisée pour lutter contre le cancer du pancréas, du foie, du poumon... Et si une cytokine différente est nécessaire pour cibler un cancer spécifique, les billes peuvent également délivrer d'autres médicaments. "Un système innovant et flexible", affirment les chercheurs.

Les médicaments utilisés ayant déjà été approuvés pour des essais cliniques, les chercheurs prévoient que les premiers essais sur l'homme auront lieu dès la fin de cette année. Le traitement doit être peu invasif.

Dans la vidéo ci-dessous, les chercheurs eux-mêmes expliquent cet espoir de traitement. La vidéo est en anglais, mais vous pouvez activer les sous-titres dans les paramètres.


Sources :
science.org
news.rice.edu
sciencealert.com

auteur : Sofie Van Rossom - journaliste santé

Dernière mise à jour: mars 2022
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram