Les poux n’auront pas le dessus !

Dernière mise à jour: mars 2011 | 7302 visites
kind-jeuk-haar.jpg

news Hantise des parents d’enfants scolarisés, les poux sont coriaces. Mais ils n’auront pas le dessus ! L’Académie américaine de pédiatrie vient de formuler de nouvelles recommandations pour combattre efficacement la pédiculose. Voici les messages clés.

1° La pédiculose est surtout gênante en raison des démangeaisons qu’elle provoque et de la contagiosité importante, mais elle n’est pas dangereuse en soi.
2° Seules les personnes sur lesquelles des poux ont effectivement été trouvés doivent être traitées.
3° Les options thérapeutiques sont de trois ordres.
- La technique consistant à peigner les cheveux mouillés doit être répétée au moins quatre fois sur une période de quatorze jours, soit tous les trois à quatre jours. Certains arguments plaident en faveur de cette prise en charge en première intention : elle permet d’éviter un traitement par des pédiculicides (voir plus loin), elle est inoffensive, ne coûte rien, ne pose pas de problèmes de résistance et est relativement efficace lorsqu’elle est conduite correctement.
- Le traitement local avec un pédiculicide agissant par un effet neurotoxique. On en citera trois : malathion, perméthrine et depalléthrine (avec butoxide de pipéronyle). Si l’on trouve encore des poux vivants après une semaine, il y a lieu de répéter le traitement. Ces pédiculicides sont déconseillés chez les enfants de moins de 6 mois, chez les femmes enceintes et en période d’allaitement. L’Académie américaine de pédiatrie ajoute que le malathion est contre-indiqué chez les moins de 2 ans, et la prudence est de mise jusqu’à l’âge de 6 ans. Lorsque des poux persistent après deux applications à sept jours d’intervalle, il y a lieu de passer à un autre pédiculicide ou de changer d’option thérapeutique.
- Le traitement local par la diméticone, un pédiculicide qui forme un film asphyxiant autour des poux. Une seconde application est nécessaire après sept jours.


publié le : 01/04/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci