Syndrome néphrotique : un excès de protéines dans l’urine fait gonfler pieds et chevilles

Dernière mise à jour: juillet 2022
Dans cet article
Syndrome néphrotique : un excès de protéines dans l’urine fait gonfler pieds et chevilles

dossier

Le syndrome néphrotique est une maladie rénale rare qui amène le corps à excréter trop de protéines dans l’urine. Les patients souffrent de gonflements, essentiellement des pieds et des chevilles. L’affection accroît le risque d’autres problèmes de santé.

Les enfants peuvent aussi en être victimes. Ils présentent les mêmes symptômes que les adultes mais réagissent souvent mieux au traitement.

Voir aussi l'article : Quand faut-il faire vérifier ses reins ?

Causes

123M_urinestaal_nierziekte_labo_2022.jpg
Nos reins comportent des millions de minuscules filtres, les glomérules, qui trient les substances dont notre corps a besoin ou pas. Ces filtres évitent que les protéines contenues dans le sang - avant tout l’albumine - ne se retrouvent dans l’urine. Ces protéines sont indispensables au maintien de la quantité exacte de liquide dans le corps.

Si les filtres sont abîmés, ils deviennent trop perméables aux protéines, qui s’échappent du corps. C’est le syndrome néphrotique. Il est associé à d’autres affections, comme le diabète. Le syndrome néphrotique est souvent déclenché par une infection virale à laquelle le système immunitaire surréagit.

Voir aussi l'article : Les barres protéinées, des en-cas sains ?

Symptômes d'un syndrome néphrotique

  • Urine mousseuse, suite à la fuite constante de protéines
  • Un taux sanguin de protéines trop bas
  • Des yeux gonflés le matin
  • Des pieds gonflés le soir
  • Distension abdominale
  • Une quantité inférieure d’urine
  • Un taux trop élevé de lipides dans le sang
  • Prise de poids
  • Sensibilité accrue aux infections, suite à la perte d’anticorps
  • Eventuellement un mauvais fonctionnement de la thyroïde

Voir aussi l'article : Œdème : quand le gonflement des jambes, des chevilles et des pieds est-il dangereux ?

Traitement

La nature des symptômes et leur gravité dépend de la cause précise de la maladie. Si elle est virale, le médecin combattra le virus

On traite le syndrome néphrotique à l’aide de cortisone, de diurétiques et d’anticoagulants. On administre aussi des médicaments antihypertenseurs pour contrer l’élimination des protéines et des réducteurs de cholestérol pour diminuer le taux de lipides. Parfois, on pratique une perfusion d’albumine pour augmenter le taux de protéines. 

On conseille aux patients de ne pas consommer trop de sel ni de protéines. Le sel engendre une rétention d’eau qui peut aggraver les symptômes et une consommation trop importante de protéines surcharge les reins. Les personnes souffrant du syndrome néphrotique ne doivent donc pas ingérer plus de 0,8 gramme de protéines par kilo.

Voir aussi l'article : Hypertension : moins de sel, mais plus de protéines !

Sources :
www.gezondheidenwetenschap.be
www.uza.be

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram