Poliomyélite : risques, symptômes, vaccination

Dernière mise à jour: octobre 2021
123-polio-stetosc-07--17.jpg

dossier La poliomyélite ou polio est une inflammation de la moelle épinière causée par le virus de la polio. Le virus se transmet d'une personne à l'autre, principalement via des aliments ou de l'eau contaminés par des selles, et un peu moins fréquemment par des gouttelettes de salive provenant de la toux ou des éternuements. L'infection peut entraîner une paralysie, des symptômes résiduels permanents et parfois la mort. La vaccination contre la polio est la seule vaccination légalement obligatoire en Belgique actuellement.

Il existe différents types de poliovirus : les poliovirus sauvages (types 1, 2 et 3) et les poliovirus dérivés d'une souche vaccinale. Ces derniers sont des poliovirus dérivés des souches contenues dans les vaccins oraux (gouttes) contre la polio. Ces souches vaccinales sont des poliovirus vivants atténués qui subissent des modifications génétiques. Par conséquent, ils peuvent provoquer à nouveau la polio.

Lire aussi : Pour qui le vaccin contre la polio est-il obligatoire ?

Les symptômes de la polio

Dans 90 à 95% des cas, l'infection par le poliovirus ne présente aucun symptôme. Dans d'autres cas, elle commence souvent par des symptômes de type grippal qui disparaissent généralement spontanément. Mais parfois, les symptômes peuvent s'aggraver, avec des maux de tête, des douleurs musculaires et des vomissements. Le virus se propage ensuite dans la circulation sanguine et pénètre dans la moelle épinière. 

La paralysie survient chez une personne sur 100 à 200 infectées par la polio, généralement dans les jambes ou les bras, car le système nerveux qui contrôle les mouvements de ces parties du corps est endommagé. Environ 2 à 10% des patients atteints de paralysie meurent parce que les muscles de la déglutition ou de la respiration sont touchés. Les autres patients ont une paralysie permanente et ne se rétablissent souvent que partiellement grâce à une kinésithérapie intensive. 

Chez environ 60% des personnes souffrant d'une paralysie, les symptômes peuvent réapparaître des années après l'infection : faiblesse musculaire, douleurs musculaires, réduction du tissu musculaire et fatigue. Ce phénomène est également appelé « syndrome post-polio ». Comme il n'existe pas encore de médicament pour ce syndrome, le traitement vise principalement à soulager les symptômes.

Lire aussi : Syndrome post-polio : causes, symptômes, traitement

Risques et vaccination antipoliomyélitique

La polio a été éradiquée en Belgique, mais la maladie est encore présente dans d'autres régions du monde. Tant que le virus de la polio circule, les enfants non vaccinés, quel que soit leur pays d'origine, risquent de contracter la polio. Il n'y a pas de remède à la maladie, la seule prévention est la vaccination.

La vaccination contre la polio est obligatoire en Belgique. Plus le nombre de personnes vaccinées est élevé, moins le virus a de chances de se propager. Si vous vous rendez dans une région où la polio est encore endémique, il est préférable de consulter votre médecin avant votre départ pour une nouvelle vaccination.

Il existe deux types de vaccin contre la polio. Les deux vaccins sont efficaces contre les poliovirus sauvages et les poliovirus dérivés de souche vaccinale.

  • Le vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) est administré par injection. Depuis 2001, seul ce vaccin est utilisé en Belgique.
  • Le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) vivant. Ce vaccin est administré par voie orale (gouttelettes).

auteur : Sara Claessens - journaliste santé
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram