Paludisme : enfin un vaccin efficace ?

Dernière mise à jour: juillet 2021
123-mug-malaria-steek-02-18.jpg

news Le paludisme tue encore des centaines de milliers de personnes chaque année, principalement des enfants, en particulier en Afrique. De récents résultats très prometteurs semblent donner de l’espoir aux scientifiques qui travaillent à l’élaboration d’un vaccin. S’ils se confirment, 200 millions de doses pourraient bientôt être produites chaque année.

Selon les estimations, 400.000 personnes, dont plus de la moitié sont des enfants, meurent encore chaque année du paludisme, une maladie infectieuse causée par des parasites qui pénètrent dans l'organisme via une piqûre de moustique. En 2019, quelque 229 millions de cas de paludisme ont été enregistrés dans le monde. Ce problème concerne surtout l’Afrique subsaharienne.

Un parasite très complexe

Depuis la première publication scientifique sur un vaccin antipaludique en 1910, plus de 140 versions ont déjà été testées sur l'être humain. Pourtant, il n'existe toujours pas de vaccin antipaludique efficace. Le parasite du paludisme est très complexe, avec plus de 5000 gènes. A titre de comparaison, le coronavirus n’intègre que douze gènes. Mais des chercheurs britanniques (université d'Oxford), qui ont également contribué à un vaccin Covid-19, ont peut-être enfin trouvé une bonne formule.

Une efficacité de 77%

Les chercheurs britanniques ont développé un candidat vaccin appelé R21/Matrix-M et ils l'ont testé sur 450 enfants âgés de 5 à 17 mois résidant au Burkina Faso. Après l'administration du vaccin, intervenue à la mi-2019, les enfants ont été suivis pendant un an. L'analyse a montré que le vaccin a atteint une efficacité de 77%. C'est la première fois qu'un vaccin contre le paludisme dépasse la limite minimale de 75% fixée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Jusqu'à présent, le score le plus élevé obtenu pour un candidat vaccin était de 55%.

Une étude à plus grande échelle

Ces résultats prometteurs doivent encore être confirmés par une étude plus large. Il s’agira cette fois de tester le candidat vaccin sur quelque 4800 enfants dans quatre pays africains : Mali, Burkina Faso, Tanzanie et Kenya. Si tout se passe bien, le vaccin pourrait potentiellement être approuvé pour une utilisation endéans les deux prochaines années.

Selon les scientifiques, au moins 200 millions de doses par an pourraient bientôt être produites. Ce serait une étape importante dans la lutte contre le paludisme, l'OMS s’étant fixé pour objectif de réduire le nombre de cas et le nombre de décès d'au moins 90% d'ici 2030.

Source: Andy Furniere - journaliste santé / The Lancet (www.thelancet.com)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram