Hypertension artérielle : quel est votre tour de cuisse ?

Dernière mise à jour: novembre 2020
123m-dij-5-11-20.jpg

news Les personnes qui présentent des cuisses fines seraient plus à risque de développer une hypertension artérielle que celles aux cuisses fortes. Un indicateur utile pour une prise en charge précoce ?

La répartition de la graisse corporelle est un indice important du risque cardiométabolique. On sait ainsi que le tour de taille intervient de manière cruciale, et, même dans une moindre mesure, cela semble aussi être le cas du tour de cuisse. Une équipe américaine (université Rutgers) a examiné des données concernant quelque 6000 adultes, avec une moyenne d'âge de 37 ans à l’entame. Leur tour de cuisse a été mesuré, et les chercheurs ont calculé la proportion de graisse aux cuisses par rapport à la masse grasse totale. Les diagnostics d’hypertension artérielle ont été relevés pendant les années suivantes.

Le résultat montre que les personnes avec un taux proportionnellement élevé de graisse aux jambes présentent un risque réduit de… 61% de développer une hypertension « complète » (les deux chiffres sont trop hauts), de 53% de présenter une pression diastolique trop élevée, et de 39% pour ce qui concerne la pression systolique. Et si les chiffres sont alors moins spectaculaires, cette association se maintient après prise en compte de paramètres comme l’âge, le sexe, la consommation d’alcool, le tabagisme, le cholestérol et le tour de taille.

De fait, il est impossible de transférer « volontairement » de la masse grasse vers ses cuisses. Certains présentent naturellement des jambes fines et accumulent de la graisse ailleurs, et il n’y a pas grand-chose à faire pour modifier cela. Toutefois, poursuivent les chercheurs, cet indicateur pourrait permettre de mieux identifier des personnes à risque cardiovasculaire, en complément d’autres éléments déjà bien connus. Et à partir de là, d’entamer une prise en charge adaptée, ne fût-ce qu’en prodiguant des conseils relatifs à un mode de vie sain et en assurant un suivi plus étroit.

Voir aussi l'article : Gravité de l’hypertension : diagnostic avant ou après 45 ans ?

Source: American Heart Association (www.heart.org)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.