Plantes sauvages ou du jardin : attention à l’intoxication

Dernière mise à jour: septembre 2019 | 3007 visites
123m-tuin-kind-planten-27-8.jpg

news La confusion entre plantes comestibles et plantes toxiques est à l’origine d’un nombre important d’intoxications, avec des conséquences parfois mortelles. A quoi faut-il faire particulièrement attention ?

Les décès consécutifs à l’ingestion accidentelle de plantes toxiques sont rares, mais ils existent, prévient l’Agence française de sécurité de l’alimentation (Anses). En collaboration avec le réseau des centres antipoisons, elle a réalisé un rapport sur le sujet en compilant les cas recensés ces six dernières années. On lit que si certaines ingestions n’ont pas déclenché de gros problème, d’autres ont provoqué des symptômes plus ou moins sévères, comme des maux de tête, des troubles gastro-intestinaux ou des tremblements. Le risque cardiaque et neurologique est présent, pouvant potentiellement entraîner la mort.

Et ceci ne vaut pas que pour les plantes sauvages, ramassées par exemple au cours d’une randonnée, puisque des décès ont été notifiés suite à l’ingestion de plantes toxiques cueillies dans le jardin et confondues avec des plantes comestibles. De fait, en cas de suspicion d’intoxication, il est indispensable de contacter immédiatement les urgences (112).

L’Anses insiste sur l'absolue nécessité d’une identification formelle, sans le moindre doute, de la plante que l’on s’apprête à ingérer, sachant que les photos trouvées dans un livre ou sur Internet ne suffisent pas toujours. Attention aussi aux plantes ramassées par brassées, avec un risque de mélange de plantes comestibles et toxiques. L’Anses a établi, en fonction des saisons, une liste des plantes les plus fréquemment confondues et celles à l’origine des cas d’intoxication les plus graves.

plantes1.jpg

Voir aussi l'article : Cueillette des champignons : les précautions

Source: Anses (www.anses.fr/fr)
publié le : 14/09/2019 , mis à jour le 13/09/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci