Jouets de bain : mignons, mais remplis de bactéries

Dernière mise à jour: mars 2019 | 1401 visites
123m-bad-eend-11-3.jpg

news Les jouets de bain en plastique doivent faire l’objet d’une réelle attention : au fur et à mesure de leur utilisation, les bactéries se multiplient à l’intérieur de l’objet.

S’ils paraissent totalement inoffensifs, les jouets de bain, comme le fameux canard, ne le sont sans doute pas tant que cela. Sans verser dans un souci excessif d’hygiène, les observations réalisées par cette équipe américano-suisse (Eawag, ETH Zurich et université de l’Illinois) donnent quand même à réfléchir.

Les chercheurs ont procédé à toute série de tests sur des jouets de bain neufs ou usagés. Les jouets neufs ont été placés pendant deux mois dans des conditions reproduisant l’environnement d’une salle de bains, alors que les spécialistes ont analysé la surface intérieure des jouets ayant déjà servi. Dans les deux cas, ils observent la formation d’un biofilm bactérien « important » dans tous les jouets, avec également la présence de champignons dans la plupart d’entre eux.

L’explication ? Elle renvoie à plusieurs paramètres : l’atmosphère chaude et humide de la salle de bains, la présence de carbone organique dans le plastique, la composition chimique et biologique de l’eau, les bactéries répandues dans le bain par la peau humaine (sale comme propre), les nutriments présents dans les produits de soin et les fluides corporels… Tout ceci contribue à alimenter la prolifération bactérienne.

Avec quelles conséquences ? Pour la population générale, le risque de soucis de santé reste faible. Par contre, pour les plus fragiles, dont les jeunes enfants, il n’est pas exclu que cette contamination bactérienne puisse être à l’origine de problèmes gastro-intestinaux (mise en bouche du jouet…) ou oculaires (irritation des yeux), notamment. Faut-il pour autant se passer des jouets de bain ? On n’ira pas jusque-là, pour autant qu’on les utilise avec une certaine prudence, surtout au contact des plus petits.

canards.jpg

Source: Biofilms and Microbiomes (www.nature.com/npjbiofilms)
publié le : 30/03/2019 , mis à jour le 29/03/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci