Drogue du viol : un simple test de détection

Dernière mise à jour: octobre 2018 | 4959 visites
123-vriend-alcohol-bar-12-19.jpg

news Un test sous forme de petite pastille permet de détecter en quelques secondes la présence d’une drogue du viol dans n’importe quelle boisson.

L’intention de l’agresseur consiste à faire avaler le produit pour ensuite abuser de la victime (viol, vol…), une femme dans l’écrasante majorité des cas. Plusieurs substances sont utilisées à cette fin, les plus fréquentes étant le flunitrazépam (Rohypnol), le zolpidem, la kétamine ou le GHB, des psychotropes qui déclenchent d’abord une levée des inhibitions (euphorie, excitation…), et ensuite un état passif (on parle de « soumission chimique ») et de la confusion, avec une amnésie partielle ou totale des événements lorsque l’effet du produit s’est dissipé.

Une entreprise américaine - Undercover Colors - a développé un test de détection de ces drogues, qui donne un résultat en une trentaine de secondes. On verse quelques gouttes du liquide (alcool, eau, soda…) sur la pastille, et le verdict s’affiche par l’apparition de lignes verticales : deux, OK, une seule, il ne faut pas boire car la boisson contient un produit (très) suspect. Simple et efficace. Une précision importante : pour le moment, le test est disponible sur marché américain, et la société développe un projet de vente en Europe, via son site Internet.

► Pour accéder au site d’Undercover Colors : cliquez ici.


publié le : 31/10/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci