Côlon irritable : avez-vous essayé de limiter les sucres ?

Dernière mise à jour: janvier 2018 | 8433 visites
123-pijn-buik-maag-ziek-kramp-30-15.jpg

news Un régime pauvre en FODMAPs, qui regroupent quatre grandes catégories de sucres, soulage les symptômes de la colopathie fonctionnelle, ou syndrome de l’intestin (côlon) irritable.

Il s’agit d’une confirmation, puisque des recherches antérieures avaient déjà mis en évidence le bienfait de cette approche nutritionnelle contre les manifestations caractéristiques du côlon irritable : ballonnements, flatulences, diarrhée/constipation, douleur, impériosité… Les FODMAPs sont des sucres faiblement absorbés dans l’intestin grêle et hautement fermentés dans le côlon (voir le lien ci-dessous pour plus de détails et les aliments pourvoyeurs) : fructose, lactose, sorbitol, mannitol, xylitol…

Une équipe britannique (King’s College London) a mené des tests auprès de patients âgés de 18 à 65 ans. Pendant un mois, une partie a suivi un régime pauvre en FODMAPs, alors qu’il a été dit aux autres qu’ils suivaient le même régime, sans que ce soit le cas (placebo). Tous ont reçu des conseils diététiques. L’adhésion au programme a été évaluée en permanence.

Le résultat montre que 61% des membres du groupe FODMAPs ont rapporté une amélioration « significative » des symptômes digestifs, sachant que la proportion est considérablement plus faible dans le groupe placebo. Les chercheurs ignorent si le bénéfice doit être attribué à la restriction globale des FODMAPs, ou à celle de l’un d’entre eux en particulier (ils citent le lactose). Ils ajoutent que ce régime pauvre en FODMAPs fait baisser la densité et la diversité de la flore bactérienne intestinale (microbiote), et que l’administration de probiotiques (bifidobactéries ou bifidus) contribue à rétablir l’équilibre.

Voir aussi l'article : Côlon irritable : quels changements alimentaires ?

Source: Gastroenterology (www.gastrojournal.org)
publié le : 16/01/2018 , mis à jour le 15/01/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci