Anxiété et cancer : les hommes doivent faire très attention

Dernière mise à jour: novembre 2016 | 169238 visites
123-p-psy-moe-depress-zit-170-12.jpg

news Le trouble anxieux généralisé expose les hommes à un risque multiplié par deux de décéder d’un cancer : il est donc particulièrement important de gérer ce facteur.

Curieusement, les chercheurs (université de Cambridge) n’ont pas observé cette association chez la femme, souligne d’emblée la revue médicale Le Généraliste. L’anxiété généralisée concernerait environ 5% de la population, et elle se manifeste notamment par des symptômes comme la tension musculaire, les problèmes de sommeil, les difficultés de concentration, la nervosité…

L’équipe britannique a analysé des données concernant quelque 16.000 adultes européens. Les diagnostics d’anxiété avaient été posés entre 1996 et 2000. Depuis, les auteurs ont recensé les cas de décès à la suite d’un cancer. Ainsi que l’explique Le Généraliste, « les résultats montrent que les hommes souffrant de désordre anxieux sévère ont deux fois de risque de mourir d’un cancer. Ceci reste vrai même après avoir pris en compte d’autres facteurs comme l’âge, la maladie chronique, la maladie mentale grave, le tabac, l’alcool, l’activité physique ou la prise de médicaments ». Néanmoins, poursuivent les auteurs, « nous ne pouvons pas dire que ceci cause directement cela, il est possible que les hommes anxieux adoptent un style de vie et/ou présentent d’autres facteurs qui augmentent le risque de développer un cancer et d’en décéder ».

Cette étude suggère néanmoins que les professionnels de la santé doivent prêter une grande attention aux désordres anxieux. D’autres travaux pourront sans doute permettre de déterminer avec précision quels types de cancer, et avec quel taux de mortalité, sont plus spécifiquement associés à l’anxiété.

••• Pour en savoir plus sur l’anxiété généralisée : cliquez ici.

Source: European College of Neuropsychopharmacology (www.ecnp.eu)
publié le : 29/11/2016 , mis à jour le 28/11/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci