Douleurs de croissance : quels symptômes et que faire ?

Dernière mise à jour: septembre 2016

news On estime qu’un enfant sur cinq ressent des douleurs aux jambes le soir ou durant la nuit et cela sans raison particulière. La douleur disparaît le matin, mais peut réapparaître après quelques jours. Ce phénomène survient généralement aux âges de 3 à 5 ans et/ou de 8 à 12 ans.

On les appelle douleurs de croissance, bien que cela ne soit pas correct : la douleur apparaît bien durant des périodes de croissance rapide de l’enfant mais n’a que peu de rapport avec celle-ci. En fait, la cause est inconnue.

Les symptômes

• La douleur survient dans la soirée ou la nuit, lorsque l’enfant est couché depuis un certain temps.
• En général, l’enfant a mal aux deux jambes (haut des cuisses et/ou mollets, parfois genoux), mais parfois aussi dans les cuisses et plus rarement dans les épaules ou les bras. La douleur se situe en profondeur, dans les muscles et pas dans les articulations.
• La crampe peut être si forte que l’enfant se réveille.
• Après quelques minutes et tout au plus une ou deux heures, la douleur disparaît, mais elle peut revenir quelques jours plus tard.
• La douleur n’est pas saisonnière.
• La plupart du temps, la douleur disparaît spontanément après quelques semaines à quelques mois, mais elle peut réapparaître à l’adolescence.
• Les douleurs de croissance peuvent être associées à des maux de tête et/ou de ventre, de l’irritabilité, des crises de larmes, de la fatigue et des troubles du sommeil.

Quel rapport avec la croissance ?

La cause précise de la douleur de croissance n’est pas connue, mais elle a probablement peu de rapport, voire aucun, avec la croissance. Grandir ne provoque en soi aucune douleur.

Il existe plusieurs hypothèses sur l’origine des douleurs dites de croissance.

• Elles peuvent avoir un rapport avec l’augmentation des hormones de croissance peu après l’endormissement, mais cette hypothèse n’a pas encore été explorée sérieusement.
• Les os grandissent plus vite que les muscles et les tendons. Par conséquent, ces derniers sont étirés, ce qui peut expliquer les douleurs.
• La douleur est causée par la fatigue des muscles, une inflammation ou une lésion musculaire. Cela expliquerait pourquoi les enfants les plus actifs ou ceux qui viennent de fournir un effort physique intense sont plus touchés que les autres par ces douleurs.
• La douleur peut être causée par une mauvaise posture, par exemple si l’enfant a les jambes cagneuses ou arquées, les pieds plats, une scoliose, des longueurs différentes des jambes…, mais ces exceptions n’expliquent pas les douleurs qui se produisent chez des enfants qu’elles ne concernent pas.
• La douleur peut être en rapport avec une hypermobilité des articulations.
• La douleur pourrait être en lien avec un seuil de douleur plus bas.
• Elle pourrait être une forme précoce du syndrome des jambes sans repos.
• Des facteurs psychologiques sont probablement également en cause. Les enfants émotionnellement instables ou agités présenteraient plus de douleurs de croissance que les autres.
• On a également constaté que ces douleurs survenaient davantage dans certaines familles, mais on ne sait pas pourquoi.

Que faire ?

Les douleurs de croissance sont dérangeantes mais pas graves et elles disparaissent spontanément avec le temps.

Les remèdes suivants peuvent parfois aider :

• un léger massage, le frottement avec un essuie froid ou chaud
• des étirements avant le coucher
• un bain chaud avant le coucher

Si les symptômes se produisent régulièrement et que l’enfant en souffre, vous pouvez éventuellement lui donner un antidouleur avant le coucher. Mais discutez-en d'abord avec votre médecin. Les suppléments de vitamines n’ont jamais montré leur effet sur les douleurs de croissance.

Quand faut-il consulter ?

Dans les cas suivants, consultez un médecin, parce que la douleur peut avoir une autre origine que la douleur de croissance.

• La douleur persiste même pendant la journée, ou survient pendant l’exercice
• La douleur est accompagnée de douleurs articulaires (par exemple à la hanche, au genou ou au pied), d’une diminution de la mobilité ou de rigidité
• Il y a des anomalies visibles, par exemple un gonflement ou une rougeur, à l’endroit où se manifeste la douleur, ou l'enfant a tendance à boîter...
• La douleur est accompagnée de fièvre.
• L’enfant est âgé de moins de 3 ans.

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.